jeudi 14 janvier 2016

Le roman de Baudelaire


                                                                     Le roman de Baudelaire:

de Pierre-Adrien Marciset
136 p
5 Sens éditions
14€ en format papier (dispo aussi en ebook)

Quatrième de couverture:
Trois garçons étranges, presque des hommes, violent délibérément le couvre-feu d’un Paris à la fois tangible et fantasmatique. Plusieurs factions politiques se sont partagé la France en une nouvelle féodalité, dans laquelle les trois Maisons Majeures des Dulac, des Arcadet et des Byron mènent une sanglante guerre d’influence. Un compromis réside encore dans le découpage en trois huit de la capitale : de 2 h à 10 h circule et prospère toute la pègre indépendante, de 10 h à 18 h le commun des mortels sous le regard de la Maison Byron, tandis que le créneau de 18 h à 2 h appartient entièrement aux Dulac.
Mais Charles Byron n’en a cure. Accompagné de son garde du corps, Jules, et de Paul son porte-voix, il profite opportunément d’un crépuscule qui ne semble pas vouloir finir et poursuit n’importe quelle piste qui pourrait les mener à Malika, l’ancienne petite amie de Charles disparue depuis plusieurs jours. Des quartiers de prostitution aux rutilantes tours de la Défense, ils ne cessent d’arpenter la ville sous le soleil rouge et figé. Alors que la trace de Malika se précise, les contours de la réalité, eux, s’obscurcissent : Charles ne cesse de croiser un étrange regard jaune à la voix métallique, tandis que les humains ne s’aperçoivent même plus de l’avancée, au cœur du métro et des cavités sombres, des ténèbres qui rongent chaque jour un peu plus les âmes et les corps.
Ce que j'en ai pensé :

Merci tout d'abord à l'auteur pour ce partenariat.

Parfois (et même assez souvent), je prends un roman sans même lire le résumé (certains sont un peu trop remplis de spoilers à mon goût) et je me laisse ensuite porter par l'histoire.  Si c'est également votre cas, ne faites pas cela pour ce roman ! C'est mon premier conseil concernant cette lecture car sans le résumé, le lecteur ne peux rien comprendre ! Le résumé joue le rôle d'une sorte de prologue ici et il met brièvement en place l'histoire et les personnages.
En effet, l'histoire démarre in médias res (j'avais presque l'impression de démarrer au milieu de l'histoire !) et l'auteur ne fait aucune présentation concernant les personnages.

Parlons justement des personnages. L'histoire s'organise autour d'un trio : Charles, Jules et Paul. Charles est le chef, le maitre de la bande, il porte en lui une sorte d'aura maléfique et est, tout au long de l'histoire, suivi par une mystérieuse voix métallique que j'ai interprété comme une sorte de conscience audible de Charles voir une autre partie (normalement cachée) de sa personnalité mais j'espère ne pas m'être trompée sur ces interprétations. Jules joue le rôle de "garde du corps" d'après le résumé, bref, c'est celui a qui est assigné le rôle de tuer ceux qui ne plaisent pas à son maitre Charles. C'est un être violent, bavard qui prend du plaisir au sang et à la bagarre. Le dernier compagnon de Charles est Paul qui a le rôle (encore une fois d'après le résumé) de "porte-voix". Pourquoi Charles ne peut-il pas s'exprimer tout seul? Je n'en sais trop rien... Ce personnage est plus calme, plus réfléchit et plus silencieux et interviendra principalement dans les derniers chapitres. Malgré des personnalités opposés, ces deux personnages n'ont cessé de se mélanger dans mon esprit notamment au niveau des dialogues. En effet, l'auteur ne note généralement pas qui dit quoi et se contente de mettre un tiret, on sait donc qu'un autre personnage parle. Quand à savoir qui, c'est une autre histoire... De même que pour les dialogues, la narration m'a semblé broussailleuse. En effet, il n'y a pas de narrateur fixe. Vous savez peut-être que j'aime les changements de narrateur qui permettent de rendre l'histoire plus complète mais on passe ici d'une pensée d'un personnage à la pensée d'un autre personnage, sans préavis et cela plusieurs fois au cours d'un même chapitre. Dans ses conditions, dure de suivre et le lecteur est vite perdu.

Maintenant, parlons un peu de l'histoire. Le but des 3 personnages est (dixit le résumé) de retrouver "Malika, l'ancienne petite amie de Charles disparue depuis plusieurs jours". Mais tout au long du roman (si on occulte un passage final) le but du trio est plutôt de trouver le responsable de l'enlèvement de la jeune fille. On suit donc la recherche des personnages qui semblent eux même tirés par leur destin ou instinct. L'objectif final est atteint mais au bout de ces 136 pages je trouve que l'intrigue n'est pas assez riche... Tout ça pour ça.

L'univers du roman est lu aussi assez spécial. L'histoire se passe à Paris mais pas au Paris du communs des mortels (mis à part lors d'un des passages du roman), un Paris plus sombre et sanglant. Il y a également une histoire de couvre feu avec des horaires dédiées aux 3 Maisons qui contrôlent la ville : Dulac, Arcadet et Byron (cette dernière est celle que dirige ou va diriger Charles). Je crois que ce dernier n'est pas un simple mortel mais quand à savoir qu'est ce qu'il est réellement, cela n'est pas précisé.

Le style de l'auteur m'a immédiatement surprise. Les phrases sont toutes plus ou moins des métaphores ce qui a eu pour effet de me faire soulever un sourcil. Une métaphore de temps en temps c'est super pour relever l'histoire. Mais une à près l'autre c'est un peu fatigant à la lecture : le lecteur doit toujours être en alerte et surtout concentré pour pouvoir comprendre l'histoire. J'ai eu l'impression que ce n'était pas naturel mais que l'auteur faisait cela pour se grandir, pour impressionner, pour imiter de grands auteurs peut-être ? Face à ces longues phrases, l'auteur utilise un tout autre style : le vulgaire. Et ça, je ne supporte pas dans les romans. Surtout lorsque c'est du vulgaire pour du vulgaire... Les femmes de bas fond sont des putes, les autres sont des putes etc à la fin on n'en peut pute plu.

Bref, ce roman n'a malheureusement pas réussi à me convaincre. Il pourra peut-être en convaincre certains mais une chose est sure, il n'est pas tout public.

Coup de coeur - Passionnant- Très bon - Agréable - Sans plus - Laborieux - Vraiment horrible

Connaissez-vous ce roman ?

11 commentaires:

  1. Je ne pense pas me lancer, à part peut être si j'ai l'occasion de l'emprunter, mais en tout cas pas en ce moment ^^

    RépondreSupprimer
  2. Je ne pense pas aimer ce genre de lecture, surtout avec tous les points que tu as énumérés x) Sinon, c'est une belle et enrichissante chronique ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci :) Je suis contente que ma chronique te plaise ! J'ai essayé de bien détailler mon point de vue.

      Supprimer
  3. Quelle chronique ! Je la trouve très pertinente comme d'habitude, tu sais toujours trouver les bons mots pour expliquer tes ressentis :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Kerry pour ce si gentil commentaire ! Ça me touche :)

      Supprimer
  4. Pourquoi pas, il peut être intéressant mais maintenant ton avis me rebute un peu donc au final, je pense certainement passer mon tour ;)

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour à toutes et à tous ! Je découvre ce blog de lecture via Le roman de Baudelaire justement (le lien de la critique est indiquée sur le blog de l'auteur).

    J'avoue que je suis très étonnée, personnellement j'ai adoré le roman, notamment pour certains aspects que vous (Camillelecture) n'avez pas aimé.

    En revanche je trouve que votre critique est très respectueuse : vous n'avez pas accroché, mais vous expliquez bien pourquoi, et vous ne "crachez" pas sur l'auteur contrairement à ce que beaucoup de critiques se permettent quand ils n'aiment pas. Vous avez du potentiel comme critique je vais suivre vos posts ;)

    S'agissant du roman, voilà mon ressenti. J'ai beaucoup aimé l'immersion complète dès la première page. On plonge direct dans l'esprit de Charles Byron (le personnage principal, qui est assez torturé) et dans les dialogues qui sont savoureux (pleins d’ironie) et drôles. 

    On est également projetés sans prévenir dans l'univers très sombre et un peu surnaturel qui l'entoure, lui et les deux autres personnages.Et c'est vrai que ça peut surprendre : les éléments d'explication et les détails (les Maisons Majeures, le caractère des personnages, le but de leurs déplacements) s'imbriquent les uns dans les autres au fil des conversations, des déplacements mais aussi des pensées de Charles. Il n'y a pas de description classique "linéaire" du type "nom, caractère, aspect physique, dialogue, puis action." Il faut rentrer dans le rythme de l'auteur, et quand on y est, c'est juste génial, parce qu'on se sait jamais ce qui nous attend la page suivante. En fait, c'est comme si les personnages agissaient par eux-même.

    Comme Camillelecture l'a ressenti, l'intrigue sur la recherche de Malika (l'ex petite-amie de Charles) n'est pas vraiment l'objet principal du roman. J'essaie de ne pas spoiler (mais c'est dur ^^), mais on comprend vite que les déplacements des trois garçons s'inscrivent dans un schéma beaucoup plus large, avec plusieurs entités (humaines et non humaines) qui essaient de les encourager, de les manipuler ou de les empêcher. La fin du roman surtout montre très clairement le déploiement soudain de l'intrigue. Le système politique des Maisons (et autres clans) réunies autour du Tripacte (qui règle les déplacements dans Paris selon les heures de la journée) semble très complexe, mais n'apparait encore que par touches et sera sans doute beaucoup plus clair dans le tome 2.

    Mais ce qui m’a vraiment plu dans le roman, c’est le mélange très précis d’une histoire fantastique mais aussi de réflexions philosophiques. L’auteur ne se contente - clairement - pas de raconter une histoire : il réfléchit sur l’état de la société, sur ce que peut signifier la notion de beauté et de désir, et saisit l’occasion de références (discrètes, mais très claires) littéraires pour interroger le rapport que peut avoir l’individu avec l’art.
    Plus clairement : il réfléchit sur l’art, sur la littérature et sur ce que ça peut être d’écrire un roman. Tout ça apparait dans les pensées des personnages, ou dans des digressions.

    Le style est très maitrisé, mais précis : le langage est le plus souvent soutenu, ou au contraire tombe brusquement dans des formules transgressives, notamment à cause du personnage de Jules. Ce balancier est clairement un choix esthétique, qui surprend, et qu’on aime ou pas (moi j’ai adoré ^^). 

Don pour conclure, c’est à mon sens un excellent roman, mais un peu exigeant. Je pense que CamilleLecture est peut-être encore un peu jeune pour sentir les différentes dimensions à l’oeuvre dans le livre. 

Ce n’est pas un livre « facile », mais c’est un beau livre, qui transporte dans une autre dimension tout en faisant réfléchir, et qui demande une certaine concentration.

    Mais quel voyage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Hella ! Je suis contente de lire votre commentaire :) Merci pour avoir pris le temps d'écrire un si long message pour me détailler votre point de vue ! Mais je voulais vous remercier pour autre chose également : Merci d'avoir compris d'une chronique plutôt négative n'en est pas moins une chronique enrichissant si elle est détaillée comme je l'ai fait (un simple "j'aime pas" ne suffit évidemment pas !) Souvent, on voit de plus en plus sur internet des auteurs qui s'indignent face à la critique de blogueurs... Ils n'ont dans ce cas vraiment rien compris. En effet, j'ai retrouvé plusieurs points semblables dans nos deux avis : ce que je n'ai pas aimé et bien vous, cela vous a plu (par exemple le début qui rentre immédiatement dans l'action, l'utilisation du double vocabulaire...) Comme quoi, certains éléments d'une chronique négative ET constructive peuvent attirer un lecteur et lui donner tout de même envie de découvrir le roman en question.
      Je vous souhaite une belle découverte du reste du blog !

      Supprimer
  6. Pour Camillelecture : je précise que j'ai 27 ans >_<

    RépondreSupprimer
  7. En lisant le titre du livre, je ne m'attendais pas du tout à ce genre d'histoire ^^. Ce livre peut être pas mal mais ce n'est pas ma priorité :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, le titre n'a aucun rapport avec l'intrigue.

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...