mercredi 12 septembre 2018

La théorie de l'iceberg

La théorie de l'iceberg



de Christopher Bouix / Gallimard Jeunesse / 218 pages




Quatrième de couverture :

Noé, 15 ans, vit sur la côte atlantique. Suite à un accident de surf, il est atteint de phobie et de bégaiement. L'organisation d'un concours de nouvelles change le cours de son existence.




Ce que j'en ai pensé :

Merci à Gallimard Jeunesse pour ce roman.

Ce livre paraitra le 20 septembre mais le thème vous permettra de prolonger encore un peu l'été.

Dans ce roman, on découvre le protagoniste Noé qui est atteint de bégaiement à la suite d'un mystérieux accident de surf. Malheureusement pour moi, je pensais que l'accident serait développé dans l'histoire mais pas du tout ! Noé va donc devoir trouver une autre occupation et son choix va finalement se porter sur l'écriture.

Les personnages du roman : Noé, M. Heireira, etc sont plutôt attachants. Mais j'ai trouvé qu'ils manquaient tous encore un peu de profondeur. Tout comme l'historie de l'accident, même si ce n'est pas tout lisse, ça ne me semble pas encore assez creusé pour satisfaire entièrement ma curiosité.

J'ai bien aimé les quelques conseils d'écriture qui nous sont prodigués par le biais des conseils donnés à Noé. On a l'impression d'apprendre avec lui. J'ai également aimé connaitre quelques unes des références littéraires comme l'Etranger même si je ne les ai pas toutes lues. Vous aussi vous êtes en joie quand il y a une référence que vous connaissez dans un roman ou c'est juste moi ? ^^

Une lecture d'été ou pour le prolonger. Peut-être qu'il aurait été un peu plus judicieux de le publier un peu avant septembre. Une lecture sympathique mais que je n'ai pas trouvé exceptionnelle. 


Coup de coeur - Passionnant- Très bon - Agréable - Sans plus - Laborieux - Vraiment horrible

Quelle est votre meilleure lecture de cet été ? 

lundi 3 septembre 2018

Bilan Août 2018



9 livres lus soit 2758 pages, août est le meilleur bilan depuis cette année 2018 et je suis bien contente d'avoir eu plus de temps pour lire durant ce mois :) 

Tout d'abord j'ai continué mon voyage en Europe de l'Est durant cette première semaine d'août (le départ avait eu lieu 1 semaine auparavant). J'ai pu visiter différentes capitales : Berlin, Prague, Budapest et Vienne. Beaucoup de km à pied mais aussi beaucoup de souvenirs avec la découverte de merveilles architecturales !  Berlin était une ville que je souhaitais visiter depuis de nombreuses années, ayant fait une classe euro allemand c'était un ville qu'il fallait absolument que je découvre ! Prague était ma dernière destination fétiche en date : je ne savais pas si j'allais pouvoir la découvrir un jour mais cette année je n'ai pas arrêté de regarder des vidéos youtube sur cette ville. Si c'est une destinations qui vous tente, je vous recommande d'ailleurs la chaine ytb de Honest Guide, un guide du coin qui a plein de bonnes astuces :) Pour les deux autres capitales, je n'osais même pas en rêver ! 

Ensuite retour en France ! Chaque année je me dis qu'il faut que je teste de nouvelles recettes mais je me retrouve bien souvent la veille de la rentrée sans avoir rien tenté... Je ne sais pas si c'est pareil pour vous mais j'ai souvent de grands objectifs au début des grandes vacances et puis souvent tout tombe à l'eau. Cette année j'avais bien l'intention de m'y tenir et ce fût chose faite : j'ai cuisiné de nombreuses nouvelles recettes pour ma famille et la plupart furent des succès :) Je ne cuisinais que des plats sucrés comme des gâteaux, tartes etc mais cette fois-ci je me suis concentrée sur du salé car on a plutôt tendance à tourner toujours autour des mêmes recettes. Les vacances étaient le moment de tester de nouvelles choses ! 
D'ailleurs si vous avez des recettes sympa à me proposer je suis preneuse ! 

Ensuite je m'étais également fixée comme objectif de faire du sport pendant ces vacances : pendant mon voyage j'ai beaucoup marché (20 km par jour en moyenne) et lors de mon retour en France j'ai jeté mon dévolu sur le yoga en faisant une séance par semaine : objectif tenu ! 
J'ai aussi voulu aller une fois à la piscine mais impossible de trouver une place pour me garer et j'ai du donc faire demi-tour :/ Tant pis ! 

La fin août, où je pensais lire tranquillement, s'est en fait accélérée ! Je venais d'obtenir un retour sur mon mémoire de stage en recherche et j'ai du passer plusieurs jours à faire les modifications demandées. Ensuite j'apprends dans la foulée que je vais devoir passer l'oral le 31 août ! Pas le temps de souffler, il faut se remettre dans les articles scientifiques, faire son exposé, faire un diaporama. L'oral s'est finalement bien déroulé et j'ai reçu des compliments de la part du jury :) Finalement je suis contente que cela soit "bouclé" avant la rentrée car je pense que cela aurait été difficile à gérer avec la reprise des cours ! 

J'ai aussi eu l'occasion de réaliser une LC avec Lena sur le roman Zodiaque. Je suis vraiment contente car j'ai rarement l'occasion d'en faire. On termine donc sur une note très positive pour ce mois d'août :D

    
    
    

Qu'avez-vous fait / lu en août ? Que faites-vous à la rentrée ?

mercredi 29 août 2018

Bilan année 2017


Je sais qu'il est tard dans l'année 2018 mais je me suis aperçue que cet article trainait dans les brouillons du blog sans jamais avoir été publié. Je le publie donc seulement maintenant. 

2017... encore une année qui est passée extrêmement vite et où de nombreux évènements ont bouleversés mon quotidien.

En janvier 2017, je me souviens que j'étais en plein doute : qu'est-ce-que les résultats de mon premier semestre vont donner ? Et puis les cours en vidéotransmission se sont enchainés. A un rythme effréné, j'ai bossé sans relâche. Sans savoir si mes efforts allaient porter leurs fruits. Puis le concours du deuxième semestre en mai. Et après le vide, l'attente des résultats, un peu désoeuvrée face à l'absence de cours à réviser. Finalement les résultats ont pointés le bout de leur notes et soulagement, ils étaient positifs. Soulagement mais doute à la fois : est-ce-que je fais bien de me lancer là dedans ? Si j'ai réussi cette première année (cette première étape), c'est un signe, non ?

Puis les vacances, les longues-courtes vacances. Longues, parce que je n'avais pas réellement eu de vacances auparavant (1 semaine de révision) et car elles sont clairement plus longues que celle auquelle j'ai pu être habituée. Mais courtes aussi car elles sont passées en un éclair. A peine le temps de se poser, lire un peu, découvrir le monde du travail à travers un job étudiant, partir en vacances en Provence, que nous voilà déjà en septembre où il faut réattaquer. Recommencer d'une manière atypique cependant ! Et oui, pas dans une salle de classe ou dans un amphi mais à l'hôpital pour le stage infirmier obligatoire. Je ne savais pas comment un service fonctionnait : et bien j'ai eu l'occasion de le découvrir. Il faut être rapide et organisé mais c'est énervant de voir parfois une perte de temps inutile ou des règlements de compte chronophages et sans réel intérêt. Les commérages des infirmières . Les douleurs et la peur. Parfois, la sérénité, un merci, un mot gentil, un regard plein de gratitude de la part de patients. Et puis la découverte des soirées étudiantes avec le week-end d'intégration. Et enfin, la reprise du rythme (dans mon appartement !).

Un rythme soutenu malgré tout ce que les gens qui n'ont pas fait médecine aiment à répéter : "Tu verras, la première année c'est la plus dure de toute façon !" Oui oui on aimerait y croire mais la réalité n'est pas de cet avis. Cours magistraux, ED allié avec un job étudiant, essayer de trouver du temps pour reprendre le sport malgré le travail conséquent demandé. Et aussi un master 1 d'éthique : surtout pour le plaisir de changer un peu des matières "médecine pure et dure" pour un peu plus de réflexion personnelle. Pas d'examen pour cette fin d'année (on a déjà donné en mai...) mais le couperet tombera plus tard avec les examens en février. Mais pour le moment il ne faut pas penser à cela, c'est Noël qui pointe le bout de son nez sans même qu'on s'en rende compte. Merry Christmass !  En bonus une très belle soirée du nouvelle an avec des amies rencontrées cette année :)


Côté lecture : 47 livres lus et 18 309 pages lus.

Côté blog : 70 articles grâce à la programmation des articles :)


Pour finir, voici quelques unes de mes lectures préférées de l'année 2017 :

     
    

Ça vous donnera peut-être des idées de futures lectures ;)

Et vous, quels sont vos meilleures lectures de 2017 ?

samedi 18 août 2018

Little miss Florida

Little miss Florida

de Kate DiCamillo / Didier Jeunesse / 189 pages


Quatrième de couverture : 

Romy a un plan : elle doit remporter le concours de Little Miss Florida 1975 pour que son père, parti filer le grand amour avec une assistante dentaire, voie sa photo dans le journal. Et alors, il reviendra à la maison. Enfin, peut-être. Première étape : apprendre à manier un bâton de majorette. C’est lors de désastreuses leçons de twirling que Romy rencontre Louisiana, une orpheline excentrique et sensible, ainsi que la teigneuse Beverly. Deuxième étape : faire une bonne action. Ensemble, les trois filles tentent de démêler le bien du mal et affrontent des réalités pas toujours faciles à accepter…


Ce que j'en ai pensé :

Merci au site lecteur pour cet envoi !

Little miss Florida, c'est le titre remporté par la meilleure majorette. 3 jeunes filles : Romy, Louisiana et Beverly se sont inscrites à ce concours. Nous allons les suivre dans leurs aventures. 

Les 3 personnages principaux sont toutes attachantes et ont chacune une personnalité différente. Romy, le lien du groupe. Louisiana, la sensible. Beverly, l'intrépide et aventurière de la bande. 

Concernant l'histoire, je n'y ai pas pensé durant ma lecture mais après réflexion je trouve que l'ambiance qui se dégage de cette histoire ressemble beaucoup au film Little miss Sunshine que j'avais vu lorsque j'étais au collège. Une jeune fille, un concours, un côté psychédélique, de la bonne humeur et une bonne dose de loufoquerie. 

Une lecture jeunesse rapide et parfaitement adaptée à la saison !

Coup de coeur - Passionnant- Très bon - Agréable - Sans plus - Laborieux - Vraiment horrible

Avez-vous déjà vu le film Little miss Sunshine ?

lundi 6 août 2018

Bilan Janvier, Février, Mars, Avril, Mai, Juin et Juillet 2018 !

Cela fait depuis cette année 2018 que je n'ai pas posté de bilans... Il était temps d'en faire un ! Avec tous ces mois accumulés on pourrait penser que ce bilan serait gigantesque mais en fait non puisqu'il y a certains mois où je n'ai pas terminé un seul livre (même s'il y en avait toujours un en cours) et d'autres où j'en ai terminés très peu par manque de temps. Heureusement que j'avais programmé des articles en avance sinon le blog aurait été comme laissé à l'abandon :(


• Janvier •

Tristesse, horreur ! Je viens de regarder sur mon compte Livraddict que j'ai essayé de tenir à jour et le couperet est tombé : pas un seul livre lu durant cette période :/ En janvier j'étais concentrée sur mes examens qui avaient lieu environ à la mi-février. Révisions et apprentissage des cours car seulement 1 semaine de révision avant les examens nous était généreusement accordés par la fac... J'ai préféré ne pas aller en cours une semaine encore avant car les cours concernaient le deuxième semestre (très logique hein de commencer le 2e quand on n'a pas fini le 1er semestre --' ). Du coup ça m'a laissé 2 semaines et ça n'a pas été de trop !


• Février •

Comme dit précédemment, c'était un mois d'examen. J'étais stressée à l'idée de ce que j'allais découvrir puisque je ne savais pas trop à quoi m'attendre, si j'allais réussir à gérer mon temps puisque je n'ai pas eu d'examens blancs avant comme j'avais pu le faire l'année dernière. Maintenant c'est vraiment à nous de nous débrouiller pour réussir à nous entrainer avant le jour J. Découverte également des examens sur tablette. Heureusement pour moi la mienne n'a pas beugué pendant les épreuves ! Après les épreuves j'avais vraiment un doute sur ma réussite de 2 des UE sur les 7 que j'avais passé. Les coups fourrés des profs n'ont pas été mis au placard après le concours de l'année dernière. Non, questions sur des détails aperçus durant les ED, on nous dit d'apprendre telle partie du cours seulement pour finalement nous poser des questions sur la partie "à ne pas apprendre". 
Et enfin : les vacances ! Je suis partie durant ma seule semaine de congé avec ma famille au ski. J'étais vraiment contente de retrouver les pistes car je n'avais pas pu partir l'année dernière avec le concours que je devais préparer. 

Niveau lecture ce n'est pas non plus folichon. J'ai dû terminer un roman que j'avais commencé fin décembre ou début janvier : La véritable histoire de Noël mais c'est tout car je passais mes journées à skier ! 1 roman et 328 pages au total.



• Mars •

Retour des vacances, retour au boulot. Au programme cours magistraux, cours de sémiologie à l'hôpital, je reprends aussi le sport que j'avais abandonné durant les mois où j'ai révisé pour mes examens. Bonne nouvelle, j'ai validé toutes mes UE ! Le quotidien est tout de même égaillée par quelques évènements : une conférence très interessante sur les brûlés, le gala (même si je n'ai pas réussi à trouver la robe de mes rêves) ainsi qu'un opéra sur Don Juan auquel j'ai eu le plaisir d'assister et qui était l'un de mes cadeaux de Noël :) J'avais également un oral à préparer sur Alzeihmer et c'est pourquoi j'ai plus lu durant ce mois mais quasiment exclusivement des lectures sur le sujet.

     

5 livres soit 1080 pages


• Avril •

Durant ce mois quelques évènements on un peu changé le quotidien comme pour le mois précédent. J'ai été pour la première fois à la nuit des musées avec des amies et c'est une superbe expérience que j'espère pouvoir reproduire ! Nous avons testé pour la première fois un escape game grandeur nature : j'ai trouvé cela génial ! En avril j'ai également fait partie d'une association qui permet de sensibiliser les jeunes enfants au monde de l'hôpital afin de le dédramatiser, ce fût une bonne expérience également. Je ne suis plus tout à fait certaine mais il se pourrait que ce soit en avril que j'ai testé pour la première fois le step avec l'université, j'avais déjà tenté d'y participer en début d'année mais le nombre de personnes possible étant limité je n'avais pas pu testé. Ensuite durant la dernière semaine d'avril j'ai eu de nouvelles vacances. Mais elles ne furent pas vraiment reposantes car j'en ai profiter pour commencer un stage d'initiation à la recherche. Pour finir j'ai fait avec ma maman une marche contre le cancer du sein. 
Côté lecture, plus de lectures plaisir ce mois-ci ! 3 romans soit 884 pages.

  


• Mai •

Cours magistraux, sport, oral d'anglais et toujours mon SIR. Beaucoup de révisions pour les examens en approche. Et aussi mon anniversaire : 20 ans, je n'en reviens toujours pas !

2 romans (dont 1 en anglais) soit 578 pages.

 


• Juin •

Examens ! Et cette fois pas moyen de m'arranger comme je le voudrais, une semaine de révision et c'est tout ! J'ai trouvé que les épreuves étaient plus difficiles car j'ai eu moins de temps pour tout travailler. J'ai ensuite enchainé avec 2 semaines de stage à temps plein. Bonne nouvelle : à la fin du mois j'ai appris que j'avais validé mon année !

2 romans soit 1364 pages.

 


• Juillet •

Pas le temps de se reposer, j'enchaine directement avec un stage à l'hôpital... en Allemagne. Cela ne fait pas partie du cursus habituel mais l'occasion s'est présentée ;) L'équipe était vraiment extrêmement sympathique et j'ai pu voir beaucoup de choses. J'avais peur de la barrière de la langue car je n'ai jamais utilisé de termes médicaux en allemand mais j'ai été surprise de comprendre beaucoup de choses (voir quasiment tout !) mais j'avais parfois plus de mal pour m'exprimer en retour. Retour en France et je poursuis avec 1 semaine de job et ensuite 1 semaine de voyage avec ma famille, enfin ! 
3 romans (dont 1 en allemand) soit 1219 pages.

  

Et vous, qu'avez-vous fait depuis ce début d'année 2018 ?

samedi 28 juillet 2018

Pour Siri avec amour

Pour Siri avec amour

de Judith Newman / Editions JC Lattès / 300 pages

Quatrième de couverture :

Tout a commencé quand Gus, un garçon de treize ans atteint d’autisme, a découvert une entité virtuelle capable de lui fournir des informations relatives à ses diverses obsessions (les trains, les avions, les escalators et la météo), mais aussi d’engager avec lui un pseudo discussion, sans jamais se lasser. Cet interlocuteur s’appelait Siri et logeait dans l’iPhone de sa mère.
À travers des épisodes tour à tour drôles, poignants et inspirants, Judith Newman nous conte son expérience avec cet enfant exceptionnel. Du plus charmant (l’insistance de Gus à emporter avec lui son iPad à l’Apple Store, « comme ça il peut rendre visite à ses amis »), du plus douloureux (s’entendre suggérer de mettre son fils de six ans sous traitement médicamenteux). Pour Siri avec amour nous ouvre les yeux sur la magie et les défis d’une vie qui sort de l’ordinaire.
C’est aussi un hommage à la technologie. À une époque où l’on s’inquiète de voir les gadgets électroniques nous abrutir, elle révèle qu’ils peuvent offrir une voix à certains, notamment les enfants autistes.

Ce que j'en ai pensé :

Merci à Netgalley et aux Editions JC Lattès pour ce partenariat.

J'avais beaucoup aimé lire le roman "Le théorème du homard" qui est raconté sous le point de vue d'un personnage atteint du syndrome d'Asperger. J'avais cette fois envie d'en découvrir plus sur la vision d'un membre de la famille d'une personne atteinte d'autisme. Cette personne ici est une mère, Judith Newman dont le fils est nommé Gus.

Le thème de ce texte pourrait être très interessant et plusieurs aspects de la vie de Gus sont abordés : le quotidien, l'alimentation, l'école, les relations amicales, familiales, amoureuses, la vision du monde  où du moins tout ce qu'une personne extérieure peut réussir à analyser de sa vision du monde. 

Le gros problème de ce roman, en plus du fait que certains passages trainent trop en longueur selon moi, est l'auteure. J'étais assez souvent en désaccord avec elle. J'avais du mal à être sur la même longueur d'onde, j'avais du mal à comprendre sa philosophie de vie, ses remarques avaient tendance à m'agacer. Dans ces conditions, il est difficile d'apprécier un livre. 

C'est donc sur une note plus que mitigée que je quitte ce roman. Dommage !

Coup de coeur - Passionnant- Très bon - Agréable - Sans plus - Laborieux - Vraiment horrible

samedi 21 juillet 2018

La mort d'Hitler

La mort d'Hitler 

de Jean-Christophe Brisard et Lana Parshina / Editions Fayard / 372 pages

Quatrième de couverture :

Le 8 mai 1945, les nazis capitulent. Hitler s’est suicidé une semaine plus tôt, dans son bunker berlinois. Les Alliés et les Soviétiques fêtent ensemble la victoire. Voilà pour la version connue. En réalité, dès le 1er mai, Staline ordonnait à ses services d’enquêter sur la mort du Führer et de récupérer son corps. Cherchait-il une pièce à conviction ou un trophée de guerre prouvant au monde entier que son pays avait vaincu Hitler ?
Après deux ans d’interminables négociations auprès des autorités russes, Jean-Christophe Brisard et Lana Parshina ont pu accéder aux dossiers confidentiels concernant l’incroyable traque du corps d’Hitler par les espions soviétiques, ainsi qu’aux interrogatoires des témoins des derniers jours du Führer. Surtout, Moscou a accepté de leur présenter des restes humains : un morceau de crâne avec un impact de balle et une mâchoire. Pour la première fois depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les auteurs ont obtenu l’autorisation d’effectuer des examens scientifiques sur ces ossements. Le Kremlin prétend qu’ils appartiennent à Hitler. Qu’en est-il vraiment ?
Cette enquête fascinante, digne d’un roman d’espionnage, met un point final aux ultimes questionnements sur la mort d’Hitler.

Grand reporter, Jean-Christophe Brisard est réalisateur de documentaires, principalement sur les dictatures. Il est aussi l’auteur de plusieurs ouvrages dont Enfants de dictateurs (First Histoire, 2014) avec Claude Quétel.

Lana Parshina est journaliste indépendante et réalisatrice de documentaires. Elle partage sa vie entre la Russie et les États-Unis.

Ce que j'en ai pensé :

Merci à Netgalley et aux Editions Fayard pour m'avoir permis de lire ce roman ! 

Quand j'ai vu le titre, j'ai immédiatement cliqué pour découvrir le résumé. Et là j'ai vu qu'il s'agissait d'un reportage sur la mort d'Hitler. La seconde guerre mondiale, c'est un thème que je commence à connaitre mais je suis toujours à la recherche de nouvelle information. Et ici, sous la forme d'un documentaire, par des journalistes. C'était plutôt original par rapport à ce que je lis d'habitude et ça m'a tout de suite tentée !

Ce livre m'a complètement captivée. Nous sommes plongée avec les deux auteurs en Russie pour rechercher avec eux des informations sur la mystérieuse mort d'Hitler. Avec eux, le stress nous envahie face aux membres du KGB, la peur de ne pas pouvoir accéder à ces documents classés top secret et donc de rester à jamais dans le doute, l'envie de poursuivre l'enquête jusqu'à la solution "finale" : comment est mort Hitler ? 

Cette enquête allie à merveille le présent, celui des 2 journalistes et le passé, celui d'Hitler dans les derniers instants de sa vie. Les documents top secret longtemps conservés précieusement et dévoilés enfin dans cet ouvrage sont un plus non négligeable qui donne l'impression au lecteur d'être de le troisième enquêteur de l'équipe. 

Je ne pensais pas que la mort d'Hitler pourrait me passionner autant. Que sa montée au pouvoir puisse  être le thème d'un ouvrage je pouvais le comprendre. Que l'horreur de l'extermination du peuple juif puisse mériter des tonnes et des tonnes d'ouvrages je peux également très bien le concevoir. Mais pour sa mort... comme toutes les personnes connues je peux facilement comprendre que sa mort puisse être remise en question car ce genre de personnage semble être en quelque sorte intouchable. Et là, toutes ces recherches pour savoir si un crâne appartient bel et bien à Hitler, je ne voyais pas trop l'interêt avant de commencer ma lecture. Jamais je n'aurais pensé que ces recherches m'auraient tant passionnée ! 

Pour les fanas de cette période de l'histoire, ce roman retrace une enquête palpitante qu'il vous faut découvrir !

Coup de coeur - Passionnant- Très bon - Agréable - Sans plus - Laborieux - Vraiment horrible

Des romans sous forme de documentaire à me conseiller ? 

mercredi 27 juin 2018

Si tu t'éloignes de moi

Si tu t'éloignes de moi

de Joy Fielding / Michel Lafon / 377 pages

Quatrième de couverture : 

Robin est brouillée avec sa famille depuis que son père a épousé Tara, sa meilleure amie de lycée auparavant fiancée à son frère. Mais quand elle apprend qu’ils sont entre la vie et la mort à l’hôpital après un cambriolage qui a dégénéré, elle décide de rebrousser chemin et de se rendre à leur chevet. Psychanalyste aguerrie, elle utilise ses compétences pour se rapprocher de sa demi-sœur, la fille de Tara, qui est sortie physiquement indemne de cette tragédie. Alors qu’elle replonge dans l’histoire de sa famille, Robin découvre que ses proches ont tous des petits secrets à cacher, et que l’un d’eux est peut-être à l’origine du drame…

Ce que j'en ai pensé : 

Merci à Michel Lafon pour ce partenariat ! 

En ce moment j'avais envie de me laisser tenter par d'autres genres dont le thriller et c'est dans cette catégorie qu'est rangé ce roman. 

Lorsque j'ai commencé Si tu t'éloignes de moi les premiers chapitres ne m'ont pas passionnés. Cette impression mitigée s'est un peu améliorée puisque j'avais envie de découvrir la suite. Cependant je pense que l'on peut dire que l'intrigue se déroule lentement. Et pour moi trop lentement. Malgré le fait que je ne sois pas une spécialiste du thriller, j'attends de ce genre qu'il me tienne en haleine, qu'il y ait du rythme ainsi que des rebondissements. Ici le tempo était trop lent malheureusement. 

L'histoire et l'intrigue ne sont pas inintéressantes. Robin, une psychologue, revient après une longue absence dans sa ville natale notamment car Tara, sa meilleure amie du lycée est à l'hôpital dans un état critique. Mais le problème revient toujours au rythme qui n'est pas battu assez vite. Dans ces conditions, on ne peut pas apprécier pleinement l'histoire.

Les personnages ont des soupçons de caractère et ne sont pas tous forgés dans le même moule. Mais cette impression générale en demi-teinte me revient sans cesse à l'esprit au moment où je vous écris cette chronique : rien n'est désastreux ... mais rien n'est exceptionnel à mes yeux. Je ne me suis pas spécialement attaché aux personnages. Je suis plutôt neutre à leur égard. Malgré tout, j'ai apprécié le fait qu'on nous présente si ce n'est des personnages atypiques du moins des personnages peut-être plus réalistes que dans d'autres défauts car ils ne sont ni tout blanc, ni tout noir. 

Il y a des rebondissements. Les faits ne sont peut-être pas ceux qui coulent le plus de source ... mais à nouveau le fait que cela se déroule assez lentement fait que l'on n'est finalement presque pas surpris et qu'on s'y attend presque

Pour conclure, ce roman est globalement une bonne lecture. Je ne suis pas une spécialiste du genre et je pense qu'il ne faut pas l'être pour réussir à l'apprécier. Une histoire pour rentrer en douceur (et tout doucement) dans le monde du thriller sans être effrayé. Ce livre peut sans problème être lu en pleine nuit ! 

Coup de coeur - Passionnant- Très bon - Agréable - Sans plus - Laborieux - Vraiment horrible

Des thrillers pas trop hard à me conseiller ?

lundi 18 juin 2018

Tortues à l'infini

Tortues à l'infini

de John Green
Gallimard Jeunesse
345 pages

Quatrième de couverture :

Aza, seize ans, n'avait pas l'intention de tenter de résoudre l'énigme de ce milliardaire en fuite, Russell Pickett. Mais une récompense de cent mille dollars est en jeu, et sa Meilleure et Plus Intrépide Amie Daisy a très envie de mener l'enquête. Ensemble, elles vont traverser la petite distance et les grands écarts qui les séparent du fils de Russell Pickett : Davis.
Aza essaye d'être une bonne détective, une bonne amie, une bonne fille pour sa mère, une bonne élève, tout en étant prise dans la spirale vertigineuse de ses pensées obsessionnelles.
Aza, Daisy, Davis, trio improbable, trouvent en chemin d'autres mystères et d'autres vérités, celles de la résilience, de l'amour et de l'amitié indéfectible.

Ce que j'en ai pensé :

John Green et moi, ce n'est pas une histoire d'amour. J'ai commencé par le découvrir par le biais de son plus célèbre roman : Nos étoiles contraires. Et ça s'est arrêté là car je ne suis pas tombé sous le charme de son écriture et de son style. Lorsque j'ai reçu ce roman dans ma boite aux lettres (Merci à Gallimard Jeunesse au passage !) le résumé m'a tout de même un peu plus attiré et je me suis dit que j'allais donner une deuxième chance à cet auteur.

Ce roman est présenté comme le plus personnel de John Green. Il met en scène Aza, une adolescente de 16 ans qui est atteinte de troubles obsessionnels compulsifs. Elle a tout le temps peur de tomber malade, pense sans cesse aux milliers de bactéries qui vivent en elle, ne peut pas s'empêcher de s'asperger de solution hydro-alcolique. Tout de suite ce thème m'a plus accrochée que nos étoiles contraires. On ne met pas en scène des adolescents avec des maladies (et graves en plus) pour faire pleurer les chaumières mais là, le thème me semble plus original puisque je n'ai encore jamais lu de roman à ce propos.

Le personnage d'Aza m'a plutôt plu. Bien sûr qu'elle peut sembler énervante pour certains mais moi je l'ai trouvé plutôt sympathique et j'ai apprécié la façon dont John Green a décrit son trouble. Les autres personnages sont plutôt attachants : Daisy -la meilleure amie flingueuse -, Davis - le poète milliardaire- . J'aurais toutefois bien aimé que le personnage de Noah (le frère de Davis) soit un peu plus développé. 

L'histoire est un peu rocambolesque mais à le mérite d'attirer notre attention et de nous donner envie de lire les chapitres les uns après les autres. Avec ce deuxième roman, j'ai l'impression que John Green donne toujours une impression de facilité malgré la difficulté des situations; la situation semble couler d'elle même et poursuivre tranquillement son court. Cette ambiance feel good pourra plaire ou déplaire. Pour le coup, ce roman m'a plu et est placé bien évidemment avant Nos étoiles contraires parmi mes préférences.

Coup de coeur - Passionnant- Très bon - Agréable - Sans plus - Laborieux - Vraiment horrible

Quel est votre livre préféré de John Green ? 

lundi 28 mai 2018

Invitation pour la petite fille qui parle au vent

Invitation pour la petite fille qui parle au vent

de Sébastien Fritsch / Editions Fin mars début avril / 286 pages

Quatrième de couverture :

Chaque âge a ses questions, ses inquiétudes, ses joies et ses blessures, ses hésitations et ses certitudes. De Paris à Nancy, des bidonvilles kenyans aux portes du Mercantour, des années 1950 à aujourd'hui, "Invitation pour la petite fille qui parle au vent" évoque celles d'un homme ordinaire, un médecin légiste timide, et de son entourage.
Nous croisons aussi une romancière talentueuse, une mère de famille dépassée, trois soeurs, un amoureux sans avenir... et la petite fille qui parle au vent.
Chacun à sa manière, nous suggère que la vie se bâtit de rencontres mais également d'absences.


Ce que j'en ai pensé :

Je cherchais un nouveau roman à lire et j'ai décidé de piocher dans ma bibliothèque où les livres sont parfois oubliés pendant un moment. Finalement j'ai décidé de me laisser tenter par Invitation pour la petite fille qui parle au vent.

Le début du roman m'a pas mal perturbé puisque l'on changeait de personnage tous les chapitres ainsi que de période temporelle. Par la suite, les liens entre tous les personnages se dévoilent et l'ensemble devient plus clair. La seconde partie du roman m'a d'ailleurs plus interressée que le début.

J'ai aimé le lieu du roman ainsi que le fait qu'un des personnages soit médecin légiste.

Malgré cela, je n'ai malheureusement pas trouvé l'histoire palpitante et je finis ce roman avec la phrase "Tout ça pour ça !"

Coup de coeur - Passionnant- Très bon - Agréable - Sans plus - Laborieux - Vraiment horrible

Connaissez-vous cette maison d'édition ?

lundi 21 mai 2018

Les mille visages de notre histoire

Les mille visages de notre histoire

de Jennifer Niven / Gallimard Jeunesse / 448 pages

Quatrième de couverture :

Tout le monde croit connaître Libby Groby, pourtant, personne ne s’est jamais intéressé qu’à son obésité. Elle a longtemps vécu recluse dans sa chambre, cachant son corps et ses angoisses. Cette année, sa vie peut changer : Libby s’est inscrite au lycée.
Tout le monde croit connaître Jack Masselin : étudiant rebelle, sexy… aux réactions imprévisibles. Sous son arrogance, Jack a enfoui un secret douloureux.
Une histoire d’amour rédemptrice. Des ados justes et charismatiques et le courage de s’accepter tel que l’on est.

Ce que j'en ai pensé :

Merci à Gallimard Jeunesse pour ce partenariat.

Si vous avait lu Tous nos jours parfaits, vous savez que Jennifer Niven a une sorte de douceur et de beauté dans sa plume. Et elle l'a reprise pour rédiger Les mille visages de notre histoire. 

L'histoire alterne entre le point de vue de Libby, ancienne obèse morbide mais toujours obèse et celui de Jack un étudiant un peu je m'en foutiste. Déjà là, vous savez que c'est un bon point pour moi car 2 points de vue = 2 fois plus de détails pour l'histoire = un roman d'autant plus intéressant et accrocheur !

L'histoire peut paraitre un peu cliché et j'avoue que le résumé renforce cette idée : une "grosse", un gars sexy mais qui risque de l'aimer malgré ces kilos en trop. Soyons cru mais soyons honnête ! Je peux vous assurer que je ne suis pas une dévoreuse de romans à l'eau de rose pour du roman à l'eau de rose. Un par si, ça va mais je ne lirais pas que ça et je risque de bien m'ennuyer si l'histoire se base sur ça seulement ... Ici l'auteure réinvente, ajoute du charme, un certain style avec ses mots. 

J'ai aimé Libby car c'est un personnage totalement attachant, plein de peps, avec une répartie en or ! La description principale qu'on faisait d'elle : la plus grosse fille d'Amérique, est bien vite partie de mon esprit quand j'ai découvert qu'elle avait une vraie personnalité. 
Concernant Jack, il apparait un peu plus cliché mais je l'ai tout de même apprécié en découvrant son histoire. 

Ce roman m'aura également fait découvrir une maladie que je ne connaissais pas et dont notre cher Brad Bitt est - semblerait-il- atteint : la prosopagnosie. La prosopagnoquoi ? Vous allez certainement me répondre. Du calme, j'allais y venir. C'est l'impossibilité pour une personne de reconnaitre les gens grâce à leur visage. 

Pour conclure, si vous avez aimé Tous nos jours parfaits, je vous le recommande. Ce n'est pas la même histoire ni le même thème mais cette même ambiance est toujours présente et vous fera à nouveau aimer l'écriture de Jennifer Niven. 

Coup de coeur - Passionnant- Très bon - Agréable - Sans plus - Laborieux - Vraiment horrible

Avez-vous lu ce roman ou Tous nos jours parfaits ?

mardi 15 mai 2018

Lux tome 2 : Onyx

Lux tome 2 : Onyx

de Jennifer L Armentrout / J'ai lu / 441 pages

Quatrième de couverture :

En Virginie-Occidentale, la vie de Katy a changé depuis sa rencontre avec Daemon et Dee Black. Les jumeaux sont beaux et charmants mais pas tout à fait humains. D'ailleurs, le département de la Défense s'intéresse à Daemon. Par ailleurs, Katy a des visions et un garçon mystérieux prétend pouvoir l'aider.

Ce que j'en ai pensé :

J'ai lu ce second tome peu de temps après le tome 1 qui avait été un coup de coeur. Je ne sais pas si c'est le fait d'avoir laissé trop peu de temps entre les deux lectures, si c'est parce que l'univers n'était pas une totale nouveauté pour moi ou bien pour une autre raison mais ce second tome m'a moins plu que le premier.

Dans ce tome on voit arriver un nouveau personnage : Blake. J'ai aimé le fait que ce personnage apporte de nouvelles informations, de nouvelles questions mais par contre je regrette le choix de l'auteur de nous faire un semblant de triangle amoureux.

Cela fait un moment que j'ai lu ce roman donc ma chronique ne sera pas très précise. J'ai bien sûr l'intention de continuer cette saga. J'attends de voir ce que cela va donner.

Coup de coeur - Passionnant- Très bon - Agréable - Sans plus - Laborieux - Vraiment horrible

Que pensez-vous de cette saga ?

mercredi 9 mai 2018

Trouble vérité



Trouble vérité

de e.lockhart / Gallimard jeunesse/ 350 pages


Quatrième de couverture : 
Que fait Jule dans un hôtel de luxe au Mexique, avec une valise pleine de perruques, de maquillage et de tenues différentes ? Et où a disparu la mystérieuse et charismatique Imogen ? De Las Vegas à New York, en passant par Londres et San Francisco, on déroule le fil de l'histoire d'une amitié dangereuse entre une héritière en fuite, orpheline, tricheuse, et une sportive, caméléon social que rien n'arrête. Mais qui est Jule ? Et qui est Imogen ?



Ce que j'en ai pensé :

Merci à Gallimard Jeunesse pour ce partenariat.

e. lockhart je l'ai découverte par un autre roman publié chez Gallimard Jeunesse : Nous les menteurs. Ce roman avait une ambiance mystérieuse et une fin à rebondissement. J'avais donc hâte de lire Trouble vérité pour voir si l'auteure avait à nouveau réussi à créer le même genre d'histoire. 

Trouble vérité nous plonge dans un univers de "fille à papa" dont le rôle est tenu par Imogen, une jeune femme sûre d'elle, belle, riche, tranchante. Elle partage la pièce avec Jule, son amie (meilleure amie ?) qui ne vient cependant pas du même monde : boursière, athlétique, plus discrète. 

L'auteure, comme pour Nous les menteurs, décide de semer les indices au fil du récit. Le lecteur sera d'abord un peu perdu, ne sachant pas où on veut le mener mais peu à peu les pièces du puzzle vont s'assembler. 

Pour ce roman, e. lockhart fait le choix audacieux et astucieux de construire son livre sous la forme d'un compte à rebours inversé. Partant d'une scène, on remonte dans le temps à chaque nouveau chapitre. Ce choix peut être tout d'abord déstabilisant car les repères temporels sont perturbés mais donne un goût de revient-y à l'histoire pour la rendre addictive. 

Je ne m'attendais pas forcément à ce qui allait se passer et j'ai passé un agréable moment à lire ce roman. A un certain moment de l'histoire je me demandais pourquoi il y avait encore des chapitres puisque l'histoire était pour moi terminée mais l'auteure avait encore quelques dés à jouer avant que cela soit réellement terminé. 

La toute fin du récit est malheureusement pour moi un flop. L'auteure nous avait habitué à mieux avec Nous les menteurs et même avec le suspense qui règne durant tout le récit. J'ai eu l'impression qu'on me claquait la porte au nez alors que j'étais en train d'entrer dans une autre pièce ... c'était un peu abrupte...

Coup de coeur - Passionnant- Très bon - Agréable - Sans plus - Laborieux - Vraiment horrible

Est-ce-que ce roman vous tente ?

lundi 7 mai 2018

Mille baisers pour un garçon

Mille baisers pour un garçon

de Tillie Cole / Hachette / 288 pages

Quatrième de couverture :

Poppy et Rune sont amoureux depuis l'enfance. Ils pensaient que rien ni personne ne pourrait jamais les séparer. Jusqu'au jour où Rune est parti deux ans dans sa Norvège natale...

Pourquoi Poppy cesse-t-elle alors de répondre aux appels de Rune ? Pourquoi avoir coupé les ponts, sans raison, sans explication ?

Rune a le sentiment qu'on lui a arraché le cœur. Poppy, elle, a le cœur brisé par un secret bien trop lourd. 

La vie leur laissera-t-elle le temps de se retrouver et de s'aimer ?

Ce que j'en ai pensé :

La note Livraddict de ce roman (quasiment 18/20) m'avait donné envie de le découvrir. Je ne suis pas une fana des romances, je préfère une petite histoire d'amour au sein d'une autre intrigue, mais il peut m'arriver d'en lire quelques fois en été.

Malgré ce que semble avoir ressenti la plupart des lecteurs, ce roman n'a pas eu l'effet escompté sur moi. En effet, je n'ai pas été émue aux larmes. Pour moi, cela reste une romance classique. Je n'ai pas trouvé l'intrigue particulièrement innovante. Comme presque à chaque fois, les éléments de l'intrigue peuvent être devinés à l'avance.

Cependant, j'ai vraiment aimé la philosophie de Poppy. Sa réflexion, malgré son jeune âge, ressemble à celle d'une femme mûre. Mon personnage préféré de cette histoire reste la grand-mère de Poppy. Je regrette seulement qu'elle n'intervienne pas plus longtemps dans le récit.

Concernant l'épilogue, j'ai trouvé qu'il arrivait un petit peu comme un cheveu sur la soupe.

En bref, cette romance n'aura pas fait l'effet wahou. C'est un livre court qui passe très bien entre deux lectures. Il ne faut tout simplement pas s'attendre à quelque chose d'extraordinaire.

Coup de coeur - Passionnant- Très bon - Agréable - Sans plus - Laborieux - Vraiment horrible

Est-ce-qu'une romance vous a déjà particulièrement touché ?

vendredi 27 avril 2018

Miss peregrine et les enfants particuliers tome 3 : la bibliothèque des âmes

Miss peregrine et les enfants particuliers tome 3 : la bibliothèque des âmes

de Ransom Riggs / Le livre de poche / 608 pages

Quatrième de couverture :

Dans le Londres d'aujourd'hui, Jacob Portman et Emma Bloom se lancent à la recherche de leurs amis enlevés par les Estres. Ils retrouvent leur trace grâce au flair aiguisé d'Addison, l'illustre chien particulier doué de parole. Bientôt, au bord de la Tamise, ils font la connaissance de Sharon, un géant bourru qui, moyennant une pièce d'or, propose de leur faire traverser le fleuve. Ils rejoignent ainsi l'Arpent du Diable, une boucle temporelle à la réputation effroyable où séjournent les particuliers les moins recommandables, où pirates et malfaiteurs commettent leurs forfaits en toute impunité.
Jacob et Emma ne se sont pas trompés : l'ennemi a bien établi son QG dans l'Arpent, derrière les murs d'une forteresse imprenable...

Ce que j'en ai pensé :

Le dernier tome d'une saga suscite toujours une question chez moi : l'auteur va-t-il réussir à bien clôturer sa saga ? Avec ce troisième tome, je peux personnellement répondre par l'affirmative. Oui, Ransom Riggs m'a offert
un très bon dernier tome !

L'intrigue de ce dernier tome m'a semblé plus palpitante que les deux tomes précédents. En effet, j'ai trouvé qu'il y avait plus d'action, plus de rebondissement dans la bibliothèque des âmes. Contrairement au tome 1 où j'avais eu le sentiment de tout savoir à l'avance, dans ce tome, je ne savais pas trop où l'auteur allait m'emmener et j'ai donc eu le plaisir de découvrir tout cela au fur et à mesure. Pour ce qui est des révélations sur le monde des particuliers, ce troisième tome n'est pas avare non plus. On en apprend plus sur les Particuliers en général mais aussi sur les Creux et leur but. C'est ce que j'attends d'un dernier tome.

Pour conclure, je peux dire que ce troisième tome est mon préféré de la trilogie. Il apporte une bonne conclusion à cette saga. Lire cette saga ne m'a pas déplu mais je ne l'ai pas non plus trouvé exceptionnelle au point de vous dire que sa lecture est indispensable.

Coup de coeur - Passionnant- Très bon - Agréable - Sans plus - Laborieux - Vraiment horrible

Avez-vous préféré, comme moi, ce troisième tome ?

dimanche 22 avril 2018

La perle et la coquille

La perle et la coquille

de Nadia Hashimi / Milady / 567 pages

Quatrième de couverture :

Kaboul, 2007 : les Talibans font la loi dans les rues. Avec un père toxicomane et sans frère, Rahima et ses soeurs ne peuvent quitter la maison. Leur seul espoir réside dans la tradition des bacha posh, qui permettra à la jeune Rahima de se travestir jusqu'à ce qu'elle soit en âge de se marier. Elle jouit alors d'une liberté qui va la transformer à jamais, comme le fit, un siècle plus tôt, son ancêtre Shekiba. Les destinées de ces deux femmes se font écho, et permettent une exploration captivante de la condition féminine en Afghanistan.



Ce que j'en ai pensé :

La perle et la coquille est une alliance magique entre deux destins. Le destin de deux femmes que le temps sépare et dont pourtant la vie rapproche. Ces deux femmes s'appellent Shekiba et Rahima. Dans le contexte de l'Afghanistan, j'ai aimé découvrir leur histoire, celle de deux femmes fortes. Malgré un contexte étouffant pour la femme, malgré des coups durs qui ne les ont pas épargnés, elles n'ont pas baissé les bras, elles ne se sont pas laissés enfermées dans une catégorie qui ne leur correspondait pas. 

Ces histoires de vie, pour l'une comme pour l'autre, j'ai adoré les découvrir. L'intrigue m'a totalement captivée. Je ne suis pas familière de ce contexte. Je n'ai pas l'habitude de voir la femme telle qu'elle est considérée par la plupart des hommes dans ce pays : une épouse docile et soumise. Les coutumes non plus ne m'étaient pas familières. J'ai donc apprécié découvrir le fait de transformer une fille en garçon pour un certain temps lorsque la famille manque d'homme (basha posh).

Concernant les personnages, j'ai bien sûr adoré Shekiba et Rahima. J'admire leur combat quotidien ainsi que la force dont elles ont fait preuve durant tout le récit.

Pour moi, ce livre est un petit bijou. Je vous le recommande vivement !

Coup de coeur - Passionnant- Très bon - Agréable - Sans plus - Laborieux - Vraiment horrible

Connaissez-vous ce roman ?

samedi 14 avril 2018

L'effet Rosie

L'effet Rosie 

de Graeme Simsion / Editions Nil / 489 pages

Quatrième de couverture :

" Dis-moi quel effet ça te fait d'être bientôt père. - Ça ne me fait aucun effet du tout. C'est trop tôt. - Et si je te reposais la question tous les jours, jusqu'à ce que nous ayons trouvé la réponse ? Tu dois être un peu inquiet, non ? - Comment tu sais ça ? - Tous les hommes le sont. Anxieux à l'idée que le bébé monopolise leur femme. Anxieux à l'idée de ne plus jamais coucher avec elle. Anxieux à l'idée de ne pas être à la hauteur. - Je ne suis pas comme la moyenne des gens. Je suppose donc que mes problèmes seront uniques. - Et que tu les résoudras à ta façon. Unique elle aussi. " Don et Rosie sont mariés depuis dix mois et dix jours et ils sont " enceints ". Don se lance corps et âme dans ce nouveau défi : devenir père. Scientifique hors norme, atteint du syndrome d'Asperger, il aborde la paternité avec sa rigueur toute... mathématique. Et sa logique particulière. Ce qui ne semble pas toujours correspondre à ce qu'attend Rosie de lui.

Ce que j'en ai pensé :

Les points positifs :
l'humour de l'auteur
  le caractère de Don

Les points négatifs :
une intrigue moins interessante que le tome 1

Pour conclure : J'avais eu un coup de coeur pour le théorème du homard et l'effet Rosie peut-être considéré comme la suite de ce tome (même s'il n'est pas non plus "obligatoire"). J'avais très envie de retrouver le style et l'humour de Graeme Simsion mais j'appréhendais un petit peu, de peur d'être déçu, car les commentaires sur ce livre étaient loin d'être aussi élogieux que pour le premier tome. J'ai donc été contente de retrouver notre protagoniste : Don, atteint du syndrome d'Asperger qui le met parfois - sans le vouloir - dans des situations délicates. J'ai retrouvé la petite patte de l'auteur et j'en suis très contente. Son style frais et son humour nous lance vers une bonne lecture. Dans ce tome, Rosie est à présent enceinte. Certains lecteurs l'ont détesté dans ce tome. Je n'irai pas jusque là mais c'est vrai que c'est un personnage que j'ai moins aimé dans ce second tome. L'intrigue n'est pas inintéressante mais je l'ai trouvé moins palpitante que le tome 1. Pas de coup de coeur renouvelé avec l'effet Rosie : dommage !

Coup de coeur - Passionnant- Très bon - Agréable - Sans plus - Laborieux - Vraiment horrible

Citez-moi un roman dont vous avez aimé l'humour en commentaire

vendredi 6 avril 2018

Ma raison de respirer



Ma raison de respirer 

de Rebecca Donovan / PKJ / 576 pages

Quatrième de couverture :

Deux ans après avoir brisé le coeur d'Evan, Emma ne parvient pas à l'effacer de sa mémoire. Quand un carton plein de souvenirs ressurgit, l'armure d'Emma se fissure. Toutes ses émotions passées reviennent l'assaillir. Pour oublier, elle devient accro à l'adrénaline. Soirées, alcool, garçons : rien ne semble pouvoir combler ce vide qui la consume. Jusqu'à une rencontre décisive, 
qui bouleversera toutes ses certitudes...



Ce que j'en ai pensé :

Commencer des sagas c'est bien mais les finir, c'est mieux. Etant donné le fait que je voulais commencer une nouvelle saga durant ces vacances, je voulais aussi en terminer une autre. Mon choix s' est donc porté sur la saga Ma raison de vivre dont il me restait seulement le troisième tome à découvrir.

Comme pour les deux tomes précédents,  l'histoire tourne autour de Emma. J'ai l'impression qu'elle m'a moins plu dans ce tome. Elle m'a semblé plus creuse, plus agacante. J'attendais le retour de Jonathan dans l'intrigue et j'ai été déçue par le choix de l'auteure de ne pas le developper.

La rapidité des chapitres comme dans les autres tomes m'a à nouveau plu. J'ai bien aimé découvrir l'histoire sous deux points de vue (Emma et Evan) mais j'ai trouvé que les points de vue changeaient trop souvent (tous les paragraphes) ce qui peut perturber le lecteur quand on est bien rentré dans la lecture. 

Mon bilan concernant cette saga sera donc le suivant : sympa mais pas indispensable.

Coup de coeur - Passionnant- Très bon - Agréable - Sans plus - Laborieux - Vraiment horrible

Quelle est votre trilogie favorite ?
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...