mercredi 27 juin 2018

Si tu t'éloignes de moi

Si tu t'éloignes de moi

de Joy Fielding / Michel Lafon / 377 pages

Quatrième de couverture : 

Robin est brouillée avec sa famille depuis que son père a épousé Tara, sa meilleure amie de lycée auparavant fiancée à son frère. Mais quand elle apprend qu’ils sont entre la vie et la mort à l’hôpital après un cambriolage qui a dégénéré, elle décide de rebrousser chemin et de se rendre à leur chevet. Psychanalyste aguerrie, elle utilise ses compétences pour se rapprocher de sa demi-sœur, la fille de Tara, qui est sortie physiquement indemne de cette tragédie. Alors qu’elle replonge dans l’histoire de sa famille, Robin découvre que ses proches ont tous des petits secrets à cacher, et que l’un d’eux est peut-être à l’origine du drame…

Ce que j'en ai pensé : 

Merci à Michel Lafon pour ce partenariat ! 

En ce moment j'avais envie de me laisser tenter par d'autres genres dont le thriller et c'est dans cette catégorie qu'est rangé ce roman. 

Lorsque j'ai commencé Si tu t'éloignes de moi les premiers chapitres ne m'ont pas passionnés. Cette impression mitigée s'est un peu améliorée puisque j'avais envie de découvrir la suite. Cependant je pense que l'on peut dire que l'intrigue se déroule lentement. Et pour moi trop lentement. Malgré le fait que je ne sois pas une spécialiste du thriller, j'attends de ce genre qu'il me tienne en haleine, qu'il y ait du rythme ainsi que des rebondissements. Ici le tempo était trop lent malheureusement. 

L'histoire et l'intrigue ne sont pas inintéressantes. Robin, une psychologue, revient après une longue absence dans sa ville natale notamment car Tara, sa meilleure amie du lycée est à l'hôpital dans un état critique. Mais le problème revient toujours au rythme qui n'est pas battu assez vite. Dans ces conditions, on ne peut pas apprécier pleinement l'histoire.

Les personnages ont des soupçons de caractère et ne sont pas tous forgés dans le même moule. Mais cette impression générale en demi-teinte me revient sans cesse à l'esprit au moment où je vous écris cette chronique : rien n'est désastreux ... mais rien n'est exceptionnel à mes yeux. Je ne me suis pas spécialement attaché aux personnages. Je suis plutôt neutre à leur égard. Malgré tout, j'ai apprécié le fait qu'on nous présente si ce n'est des personnages atypiques du moins des personnages peut-être plus réalistes que dans d'autres défauts car ils ne sont ni tout blanc, ni tout noir. 

Il y a des rebondissements. Les faits ne sont peut-être pas ceux qui coulent le plus de source ... mais à nouveau le fait que cela se déroule assez lentement fait que l'on n'est finalement presque pas surpris et qu'on s'y attend presque

Pour conclure, ce roman est globalement une bonne lecture. Je ne suis pas une spécialiste du genre et je pense qu'il ne faut pas l'être pour réussir à l'apprécier. Une histoire pour rentrer en douceur (et tout doucement) dans le monde du thriller sans être effrayé. Ce livre peut sans problème être lu en pleine nuit ! 

Coup de coeur - Passionnant- Très bon - Agréable - Sans plus - Laborieux - Vraiment horrible

Des thrillers pas trop hard à me conseiller ?

lundi 18 juin 2018

Tortues à l'infini

Tortues à l'infini

de John Green
Gallimard Jeunesse
345 pages

Quatrième de couverture :

Aza, seize ans, n'avait pas l'intention de tenter de résoudre l'énigme de ce milliardaire en fuite, Russell Pickett. Mais une récompense de cent mille dollars est en jeu, et sa Meilleure et Plus Intrépide Amie Daisy a très envie de mener l'enquête. Ensemble, elles vont traverser la petite distance et les grands écarts qui les séparent du fils de Russell Pickett : Davis.
Aza essaye d'être une bonne détective, une bonne amie, une bonne fille pour sa mère, une bonne élève, tout en étant prise dans la spirale vertigineuse de ses pensées obsessionnelles.
Aza, Daisy, Davis, trio improbable, trouvent en chemin d'autres mystères et d'autres vérités, celles de la résilience, de l'amour et de l'amitié indéfectible.

Ce que j'en ai pensé :

John Green et moi, ce n'est pas une histoire d'amour. J'ai commencé par le découvrir par le biais de son plus célèbre roman : Nos étoiles contraires. Et ça s'est arrêté là car je ne suis pas tombé sous le charme de son écriture et de son style. Lorsque j'ai reçu ce roman dans ma boite aux lettres (Merci à Gallimard Jeunesse au passage !) le résumé m'a tout de même un peu plus attiré et je me suis dit que j'allais donner une deuxième chance à cet auteur.

Ce roman est présenté comme le plus personnel de John Green. Il met en scène Aza, une adolescente de 16 ans qui est atteinte de troubles obsessionnels compulsifs. Elle a tout le temps peur de tomber malade, pense sans cesse aux milliers de bactéries qui vivent en elle, ne peut pas s'empêcher de s'asperger de solution hydro-alcolique. Tout de suite ce thème m'a plus accrochée que nos étoiles contraires. On ne met pas en scène des adolescents avec des maladies (et graves en plus) pour faire pleurer les chaumières mais là, le thème me semble plus original puisque je n'ai encore jamais lu de roman à ce propos.

Le personnage d'Aza m'a plutôt plu. Bien sûr qu'elle peut sembler énervante pour certains mais moi je l'ai trouvé plutôt sympathique et j'ai apprécié la façon dont John Green a décrit son trouble. Les autres personnages sont plutôt attachants : Daisy -la meilleure amie flingueuse -, Davis - le poète milliardaire- . J'aurais toutefois bien aimé que le personnage de Noah (le frère de Davis) soit un peu plus développé. 

L'histoire est un peu rocambolesque mais à le mérite d'attirer notre attention et de nous donner envie de lire les chapitres les uns après les autres. Avec ce deuxième roman, j'ai l'impression que John Green donne toujours une impression de facilité malgré la difficulté des situations; la situation semble couler d'elle même et poursuivre tranquillement son court. Cette ambiance feel good pourra plaire ou déplaire. Pour le coup, ce roman m'a plu et est placé bien évidemment avant Nos étoiles contraires parmi mes préférences.

Coup de coeur - Passionnant- Très bon - Agréable - Sans plus - Laborieux - Vraiment horrible

Quel est votre livre préféré de John Green ? 

lundi 28 mai 2018

Invitation pour la petite fille qui parle au vent

Invitation pour la petite fille qui parle au vent

de Sébastien Fritsch / Editions Fin mars début avril / 286 pages

Quatrième de couverture :

Chaque âge a ses questions, ses inquiétudes, ses joies et ses blessures, ses hésitations et ses certitudes. De Paris à Nancy, des bidonvilles kenyans aux portes du Mercantour, des années 1950 à aujourd'hui, "Invitation pour la petite fille qui parle au vent" évoque celles d'un homme ordinaire, un médecin légiste timide, et de son entourage.
Nous croisons aussi une romancière talentueuse, une mère de famille dépassée, trois soeurs, un amoureux sans avenir... et la petite fille qui parle au vent.
Chacun à sa manière, nous suggère que la vie se bâtit de rencontres mais également d'absences.


Ce que j'en ai pensé :

Je cherchais un nouveau roman à lire et j'ai décidé de piocher dans ma bibliothèque où les livres sont parfois oubliés pendant un moment. Finalement j'ai décidé de me laisser tenter par Invitation pour la petite fille qui parle au vent.

Le début du roman m'a pas mal perturbé puisque l'on changeait de personnage tous les chapitres ainsi que de période temporelle. Par la suite, les liens entre tous les personnages se dévoilent et l'ensemble devient plus clair. La seconde partie du roman m'a d'ailleurs plus interressée que le début.

J'ai aimé le lieu du roman ainsi que le fait qu'un des personnages soit médecin légiste.

Malgré cela, je n'ai malheureusement pas trouvé l'histoire palpitante et je finis ce roman avec la phrase "Tout ça pour ça !"

Coup de coeur - Passionnant- Très bon - Agréable - Sans plus - Laborieux - Vraiment horrible

Connaissez-vous cette maison d'édition ?

lundi 21 mai 2018

Les mille visages de notre histoire

Les mille visages de notre histoire

de Jennifer Niven / Gallimard Jeunesse / 448 pages

Quatrième de couverture :

Tout le monde croit connaître Libby Groby, pourtant, personne ne s’est jamais intéressé qu’à son obésité. Elle a longtemps vécu recluse dans sa chambre, cachant son corps et ses angoisses. Cette année, sa vie peut changer : Libby s’est inscrite au lycée.
Tout le monde croit connaître Jack Masselin : étudiant rebelle, sexy… aux réactions imprévisibles. Sous son arrogance, Jack a enfoui un secret douloureux.
Une histoire d’amour rédemptrice. Des ados justes et charismatiques et le courage de s’accepter tel que l’on est.

Ce que j'en ai pensé :

Merci à Gallimard Jeunesse pour ce partenariat.

Si vous avait lu Tous nos jours parfaits, vous savez que Jennifer Niven a une sorte de douceur et de beauté dans sa plume. Et elle l'a reprise pour rédiger Les mille visages de notre histoire. 

L'histoire alterne entre le point de vue de Libby, ancienne obèse morbide mais toujours obèse et celui de Jack un étudiant un peu je m'en foutiste. Déjà là, vous savez que c'est un bon point pour moi car 2 points de vue = 2 fois plus de détails pour l'histoire = un roman d'autant plus intéressant et accrocheur !

L'histoire peut paraitre un peu cliché et j'avoue que le résumé renforce cette idée : une "grosse", un gars sexy mais qui risque de l'aimer malgré ces kilos en trop. Soyons cru mais soyons honnête ! Je peux vous assurer que je ne suis pas une dévoreuse de romans à l'eau de rose pour du roman à l'eau de rose. Un par si, ça va mais je ne lirais pas que ça et je risque de bien m'ennuyer si l'histoire se base sur ça seulement ... Ici l'auteure réinvente, ajoute du charme, un certain style avec ses mots. 

J'ai aimé Libby car c'est un personnage totalement attachant, plein de peps, avec une répartie en or ! La description principale qu'on faisait d'elle : la plus grosse fille d'Amérique, est bien vite partie de mon esprit quand j'ai découvert qu'elle avait une vraie personnalité. 
Concernant Jack, il apparait un peu plus cliché mais je l'ai tout de même apprécié en découvrant son histoire. 

Ce roman m'aura également fait découvrir une maladie que je ne connaissais pas et dont notre cher Brad Bitt est - semblerait-il- atteint : la prosopagnosie. La prosopagnoquoi ? Vous allez certainement me répondre. Du calme, j'allais y venir. C'est l'impossibilité pour une personne de reconnaitre les gens grâce à leur visage. 

Pour conclure, si vous avez aimé Tous nos jours parfaits, je vous le recommande. Ce n'est pas la même histoire ni le même thème mais cette même ambiance est toujours présente et vous fera à nouveau aimer l'écriture de Jennifer Niven. 

Coup de coeur - Passionnant- Très bon - Agréable - Sans plus - Laborieux - Vraiment horrible

Avez-vous lu ce roman ou Tous nos jours parfaits ?

mardi 15 mai 2018

Lux tome 2 : Onyx

Lux tome 2 : Onyx

de Jennifer L Armentrout / J'ai lu / 441 pages

Quatrième de couverture :

En Virginie-Occidentale, la vie de Katy a changé depuis sa rencontre avec Daemon et Dee Black. Les jumeaux sont beaux et charmants mais pas tout à fait humains. D'ailleurs, le département de la Défense s'intéresse à Daemon. Par ailleurs, Katy a des visions et un garçon mystérieux prétend pouvoir l'aider.

Ce que j'en ai pensé :

J'ai lu ce second tome peu de temps après le tome 1 qui avait été un coup de coeur. Je ne sais pas si c'est le fait d'avoir laissé trop peu de temps entre les deux lectures, si c'est parce que l'univers n'était pas une totale nouveauté pour moi ou bien pour une autre raison mais ce second tome m'a moins plu que le premier.

Dans ce tome on voit arriver un nouveau personnage : Blake. J'ai aimé le fait que ce personnage apporte de nouvelles informations, de nouvelles questions mais par contre je regrette le choix de l'auteur de nous faire un semblant de triangle amoureux.

Cela fait un moment que j'ai lu ce roman donc ma chronique ne sera pas très précise. J'ai bien sûr l'intention de continuer cette saga. J'attends de voir ce que cela va donner.

Coup de coeur - Passionnant- Très bon - Agréable - Sans plus - Laborieux - Vraiment horrible

Que pensez-vous de cette saga ?

mercredi 9 mai 2018

Trouble vérité



Trouble vérité

de e.lockhart / Gallimard jeunesse/ 350 pages


Quatrième de couverture : 
Que fait Jule dans un hôtel de luxe au Mexique, avec une valise pleine de perruques, de maquillage et de tenues différentes ? Et où a disparu la mystérieuse et charismatique Imogen ? De Las Vegas à New York, en passant par Londres et San Francisco, on déroule le fil de l'histoire d'une amitié dangereuse entre une héritière en fuite, orpheline, tricheuse, et une sportive, caméléon social que rien n'arrête. Mais qui est Jule ? Et qui est Imogen ?



Ce que j'en ai pensé :

Merci à Gallimard Jeunesse pour ce partenariat.

e. lockhart je l'ai découverte par un autre roman publié chez Gallimard Jeunesse : Nous les menteurs. Ce roman avait une ambiance mystérieuse et une fin à rebondissement. J'avais donc hâte de lire Trouble vérité pour voir si l'auteure avait à nouveau réussi à créer le même genre d'histoire. 

Trouble vérité nous plonge dans un univers de "fille à papa" dont le rôle est tenu par Imogen, une jeune femme sûre d'elle, belle, riche, tranchante. Elle partage la pièce avec Jule, son amie (meilleure amie ?) qui ne vient cependant pas du même monde : boursière, athlétique, plus discrète. 

L'auteure, comme pour Nous les menteurs, décide de semer les indices au fil du récit. Le lecteur sera d'abord un peu perdu, ne sachant pas où on veut le mener mais peu à peu les pièces du puzzle vont s'assembler. 

Pour ce roman, e. lockhart fait le choix audacieux et astucieux de construire son livre sous la forme d'un compte à rebours inversé. Partant d'une scène, on remonte dans le temps à chaque nouveau chapitre. Ce choix peut être tout d'abord déstabilisant car les repères temporels sont perturbés mais donne un goût de revient-y à l'histoire pour la rendre addictive. 

Je ne m'attendais pas forcément à ce qui allait se passer et j'ai passé un agréable moment à lire ce roman. A un certain moment de l'histoire je me demandais pourquoi il y avait encore des chapitres puisque l'histoire était pour moi terminée mais l'auteure avait encore quelques dés à jouer avant que cela soit réellement terminé. 

La toute fin du récit est malheureusement pour moi un flop. L'auteure nous avait habitué à mieux avec Nous les menteurs et même avec le suspense qui règne durant tout le récit. J'ai eu l'impression qu'on me claquait la porte au nez alors que j'étais en train d'entrer dans une autre pièce ... c'était un peu abrupte...

Coup de coeur - Passionnant- Très bon - Agréable - Sans plus - Laborieux - Vraiment horrible

Est-ce-que ce roman vous tente ?

lundi 7 mai 2018

Mille baisers pour un garçon

Mille baisers pour un garçon

de Tillie Cole / Hachette / 288 pages

Quatrième de couverture :

Poppy et Rune sont amoureux depuis l'enfance. Ils pensaient que rien ni personne ne pourrait jamais les séparer. Jusqu'au jour où Rune est parti deux ans dans sa Norvège natale...

Pourquoi Poppy cesse-t-elle alors de répondre aux appels de Rune ? Pourquoi avoir coupé les ponts, sans raison, sans explication ?

Rune a le sentiment qu'on lui a arraché le cœur. Poppy, elle, a le cœur brisé par un secret bien trop lourd. 

La vie leur laissera-t-elle le temps de se retrouver et de s'aimer ?

Ce que j'en ai pensé :

La note Livraddict de ce roman (quasiment 18/20) m'avait donné envie de le découvrir. Je ne suis pas une fana des romances, je préfère une petite histoire d'amour au sein d'une autre intrigue, mais il peut m'arriver d'en lire quelques fois en été.

Malgré ce que semble avoir ressenti la plupart des lecteurs, ce roman n'a pas eu l'effet escompté sur moi. En effet, je n'ai pas été émue aux larmes. Pour moi, cela reste une romance classique. Je n'ai pas trouvé l'intrigue particulièrement innovante. Comme presque à chaque fois, les éléments de l'intrigue peuvent être devinés à l'avance.

Cependant, j'ai vraiment aimé la philosophie de Poppy. Sa réflexion, malgré son jeune âge, ressemble à celle d'une femme mûre. Mon personnage préféré de cette histoire reste la grand-mère de Poppy. Je regrette seulement qu'elle n'intervienne pas plus longtemps dans le récit.

Concernant l'épilogue, j'ai trouvé qu'il arrivait un petit peu comme un cheveu sur la soupe.

En bref, cette romance n'aura pas fait l'effet wahou. C'est un livre court qui passe très bien entre deux lectures. Il ne faut tout simplement pas s'attendre à quelque chose d'extraordinaire.

Coup de coeur - Passionnant- Très bon - Agréable - Sans plus - Laborieux - Vraiment horrible

Est-ce-qu'une romance vous a déjà particulièrement touché ?

vendredi 27 avril 2018

Miss peregrine et les enfants particuliers tome 3 : la bibliothèque des âmes

Miss peregrine et les enfants particuliers tome 3 : la bibliothèque des âmes

de Ransom Riggs / Le livre de poche / 608 pages

Quatrième de couverture :

Dans le Londres d'aujourd'hui, Jacob Portman et Emma Bloom se lancent à la recherche de leurs amis enlevés par les Estres. Ils retrouvent leur trace grâce au flair aiguisé d'Addison, l'illustre chien particulier doué de parole. Bientôt, au bord de la Tamise, ils font la connaissance de Sharon, un géant bourru qui, moyennant une pièce d'or, propose de leur faire traverser le fleuve. Ils rejoignent ainsi l'Arpent du Diable, une boucle temporelle à la réputation effroyable où séjournent les particuliers les moins recommandables, où pirates et malfaiteurs commettent leurs forfaits en toute impunité.
Jacob et Emma ne se sont pas trompés : l'ennemi a bien établi son QG dans l'Arpent, derrière les murs d'une forteresse imprenable...

Ce que j'en ai pensé :

Le dernier tome d'une saga suscite toujours une question chez moi : l'auteur va-t-il réussir à bien clôturer sa saga ? Avec ce troisième tome, je peux personnellement répondre par l'affirmative. Oui, Ransom Riggs m'a offert
un très bon dernier tome !

L'intrigue de ce dernier tome m'a semblé plus palpitante que les deux tomes précédents. En effet, j'ai trouvé qu'il y avait plus d'action, plus de rebondissement dans la bibliothèque des âmes. Contrairement au tome 1 où j'avais eu le sentiment de tout savoir à l'avance, dans ce tome, je ne savais pas trop où l'auteur allait m'emmener et j'ai donc eu le plaisir de découvrir tout cela au fur et à mesure. Pour ce qui est des révélations sur le monde des particuliers, ce troisième tome n'est pas avare non plus. On en apprend plus sur les Particuliers en général mais aussi sur les Creux et leur but. C'est ce que j'attends d'un dernier tome.

Pour conclure, je peux dire que ce troisième tome est mon préféré de la trilogie. Il apporte une bonne conclusion à cette saga. Lire cette saga ne m'a pas déplu mais je ne l'ai pas non plus trouvé exceptionnelle au point de vous dire que sa lecture est indispensable.

Coup de coeur - Passionnant- Très bon - Agréable - Sans plus - Laborieux - Vraiment horrible

Avez-vous préféré, comme moi, ce troisième tome ?

dimanche 22 avril 2018

La perle et la coquille

La perle et la coquille

de Nadia Hashimi / Milady / 567 pages

Quatrième de couverture :

Kaboul, 2007 : les Talibans font la loi dans les rues. Avec un père toxicomane et sans frère, Rahima et ses soeurs ne peuvent quitter la maison. Leur seul espoir réside dans la tradition des bacha posh, qui permettra à la jeune Rahima de se travestir jusqu'à ce qu'elle soit en âge de se marier. Elle jouit alors d'une liberté qui va la transformer à jamais, comme le fit, un siècle plus tôt, son ancêtre Shekiba. Les destinées de ces deux femmes se font écho, et permettent une exploration captivante de la condition féminine en Afghanistan.



Ce que j'en ai pensé :

La perle et la coquille est une alliance magique entre deux destins. Le destin de deux femmes que le temps sépare et dont pourtant la vie rapproche. Ces deux femmes s'appellent Shekiba et Rahima. Dans le contexte de l'Afghanistan, j'ai aimé découvrir leur histoire, celle de deux femmes fortes. Malgré un contexte étouffant pour la femme, malgré des coups durs qui ne les ont pas épargnés, elles n'ont pas baissé les bras, elles ne se sont pas laissés enfermées dans une catégorie qui ne leur correspondait pas. 

Ces histoires de vie, pour l'une comme pour l'autre, j'ai adoré les découvrir. L'intrigue m'a totalement captivée. Je ne suis pas familière de ce contexte. Je n'ai pas l'habitude de voir la femme telle qu'elle est considérée par la plupart des hommes dans ce pays : une épouse docile et soumise. Les coutumes non plus ne m'étaient pas familières. J'ai donc apprécié découvrir le fait de transformer une fille en garçon pour un certain temps lorsque la famille manque d'homme (basha posh).

Concernant les personnages, j'ai bien sûr adoré Shekiba et Rahima. J'admire leur combat quotidien ainsi que la force dont elles ont fait preuve durant tout le récit.

Pour moi, ce livre est un petit bijou. Je vous le recommande vivement !

Coup de coeur - Passionnant- Très bon - Agréable - Sans plus - Laborieux - Vraiment horrible

Connaissez-vous ce roman ?

samedi 14 avril 2018

L'effet Rosie

L'effet Rosie 

de Graeme Simsion / Editions Nil / 489 pages

Quatrième de couverture :

" Dis-moi quel effet ça te fait d'être bientôt père. - Ça ne me fait aucun effet du tout. C'est trop tôt. - Et si je te reposais la question tous les jours, jusqu'à ce que nous ayons trouvé la réponse ? Tu dois être un peu inquiet, non ? - Comment tu sais ça ? - Tous les hommes le sont. Anxieux à l'idée que le bébé monopolise leur femme. Anxieux à l'idée de ne plus jamais coucher avec elle. Anxieux à l'idée de ne pas être à la hauteur. - Je ne suis pas comme la moyenne des gens. Je suppose donc que mes problèmes seront uniques. - Et que tu les résoudras à ta façon. Unique elle aussi. " Don et Rosie sont mariés depuis dix mois et dix jours et ils sont " enceints ". Don se lance corps et âme dans ce nouveau défi : devenir père. Scientifique hors norme, atteint du syndrome d'Asperger, il aborde la paternité avec sa rigueur toute... mathématique. Et sa logique particulière. Ce qui ne semble pas toujours correspondre à ce qu'attend Rosie de lui.

Ce que j'en ai pensé :

Les points positifs :
l'humour de l'auteur
  le caractère de Don

Les points négatifs :
une intrigue moins interessante que le tome 1

Pour conclure : J'avais eu un coup de coeur pour le théorème du homard et l'effet Rosie peut-être considéré comme la suite de ce tome (même s'il n'est pas non plus "obligatoire"). J'avais très envie de retrouver le style et l'humour de Graeme Simsion mais j'appréhendais un petit peu, de peur d'être déçu, car les commentaires sur ce livre étaient loin d'être aussi élogieux que pour le premier tome. J'ai donc été contente de retrouver notre protagoniste : Don, atteint du syndrome d'Asperger qui le met parfois - sans le vouloir - dans des situations délicates. J'ai retrouvé la petite patte de l'auteur et j'en suis très contente. Son style frais et son humour nous lance vers une bonne lecture. Dans ce tome, Rosie est à présent enceinte. Certains lecteurs l'ont détesté dans ce tome. Je n'irai pas jusque là mais c'est vrai que c'est un personnage que j'ai moins aimé dans ce second tome. L'intrigue n'est pas inintéressante mais je l'ai trouvé moins palpitante que le tome 1. Pas de coup de coeur renouvelé avec l'effet Rosie : dommage !

Coup de coeur - Passionnant- Très bon - Agréable - Sans plus - Laborieux - Vraiment horrible

Citez-moi un roman dont vous avez aimé l'humour en commentaire

vendredi 6 avril 2018

Ma raison de respirer



Ma raison de respirer 

de Rebecca Donovan / PKJ / 576 pages

Quatrième de couverture :

Deux ans après avoir brisé le coeur d'Evan, Emma ne parvient pas à l'effacer de sa mémoire. Quand un carton plein de souvenirs ressurgit, l'armure d'Emma se fissure. Toutes ses émotions passées reviennent l'assaillir. Pour oublier, elle devient accro à l'adrénaline. Soirées, alcool, garçons : rien ne semble pouvoir combler ce vide qui la consume. Jusqu'à une rencontre décisive, 
qui bouleversera toutes ses certitudes...



Ce que j'en ai pensé :

Commencer des sagas c'est bien mais les finir, c'est mieux. Etant donné le fait que je voulais commencer une nouvelle saga durant ces vacances, je voulais aussi en terminer une autre. Mon choix s' est donc porté sur la saga Ma raison de vivre dont il me restait seulement le troisième tome à découvrir.

Comme pour les deux tomes précédents,  l'histoire tourne autour de Emma. J'ai l'impression qu'elle m'a moins plu dans ce tome. Elle m'a semblé plus creuse, plus agacante. J'attendais le retour de Jonathan dans l'intrigue et j'ai été déçue par le choix de l'auteure de ne pas le developper.

La rapidité des chapitres comme dans les autres tomes m'a à nouveau plu. J'ai bien aimé découvrir l'histoire sous deux points de vue (Emma et Evan) mais j'ai trouvé que les points de vue changeaient trop souvent (tous les paragraphes) ce qui peut perturber le lecteur quand on est bien rentré dans la lecture. 

Mon bilan concernant cette saga sera donc le suivant : sympa mais pas indispensable.

Coup de coeur - Passionnant- Très bon - Agréable - Sans plus - Laborieux - Vraiment horrible

Quelle est votre trilogie favorite ?

mardi 27 mars 2018

La passe miroir tome 3 : la mémoire de Babel



La passe-miroir tome 3 : la mémoire de Babel

de Christelle Dabos / Gallimard Jeunesse / 496 pages

Quatrième de couverture :

Thorn a disparu depuis deux ans et demi et Ophélie désespère. Les indices trouvés dans le livre de Farouk et les informations livrées par Dieu mènent toutes à l'arche de Babel, dépositaire des archives mémorielles du monde. Ophélie décide de s'y rendre sous une fausse identité.



Ce que j'en ai pensé :

Ce tome 3, je l'ai longuement attendu ! J'étais donc très impatiente de replonger dans l'univers si particulier de Christelle Dabos.

Dans ce tome, l'auteure nous fait découvrir un nouvel univers : celui de l'arche de Babel. Là bas, domestiques mécaniques et respect des règles sont de mise. Comme pour les tomes précédents, l'imagination est bien présente. L'univers est complet et original.

Concernant les personnages, j'ai été surprise par le choix de l'auteure. En effet, ce tome se concentre essentiellement sur Ophélie au détriment des autres personnages comme Thorn, Archibald etc. Je suis contente de pouvoir suivre Ophélie bien-sûr mais j'ai été un peu déçue de ne pas voir les autres personnages des tomes 1 et 2 intervenir plus souvent dans le récit. J'ai trouvé notamment que l'arrivée de Thorn se faisait bien trop attendre.

Concernant l'intrigue, il m'a semblé que le début du roman m'a moins palpité que les tomes précédents mais cela s'améliore avec l'arrivée de Thorn dans le récit.

Pour conclure, je n'ai pas eu de coup de coeur pour ce troisième tome. J'espère que le quatrième tome sera bourré de rebondissements et d'action de la première à la dernière page !

Coup de coeur - Passionnant- Très bon - Agréable - Sans plus - Laborieux - Vraiment horrible

Quel est votre tome préféré parmi cette saga pour le moment ?

lundi 19 mars 2018

Le soleil est pour toi



Le soleil est pour toi 

de Jandy Nelson / Editions Gallimard / 496 pages

Quatrième de couverture :

Noah et Jude vivent en Californie. Les jumeaux sont très proches bien que différents : Noah, le solitaire, dessine à longueur de temps et Jude, l'effrontée, est passionnée par la sculpture. Mais les premiers troubles de l'amour et du désir bouleversent leur relation et leurs chemins se séparent.





Ce que j'en ai pensé :

Les avis positifs sur ce roman m'ont donné envie de le découvrir. Je l'ai donc placé dans ma valise pour cet été,  pensant qu'il serait une parfaite lecture pour les vacances.

Eh bien tout d'abord je peux dire que cette lecture convient très bien en tant que lecture de vacances.

Je ne m'étais pas attardée sur la quatrième de couverture. Me laissant seulement tenter par l'illustration, le titre et les nombreuses éloges qu'on en faisait. C'est certainement à cause de ce trop plein d'attentes que ce ne fût pas un coup de coeur.
Côté résumé, en quelques mots,  ce roman parle de jumeaux, de rêves, d'art et de sentiments.

Au niveau des personnages, j'ai bien aimé les jumeaux. En particulier Noah puisqu'il est plus développé que sa soeur par l'auteure. J'ai aimé découvrir à travers ses yeux un regard neuf et original sur le monde. Je n'ai toutefois pas eu de véritable coup de coeur pour un personnage en particulier. 
J'ai bien aimé qu'il y ait une alternance de point de vue entre Noah et Jude mais la longueur des chapitres (qui durent parfois 1h50 !) casse la légèreté de la plume. Cette longueur est un des points que j'ai le moins appréçié. Des chapitres plus rapides auraient rendu l'histoire plus fluide et auraient été plus appropriés.

Le contenu de l'intrigue est sympathique sans être novateur. Je n'ai pas été ébahie.

Ce que je retiens de cette lecture est la plume de l'auteure. C'est ce qui donne tout le charme au récit. L'écriture est poétique grâce aux nombreuses métaphores ou comparaisons. Et j'ai donc envie de faire un parallèle avec Tous nos jours parfaits.

Un roman sympa à lire en été pour son écriture qui, je l'espère, saura vous faire voyager. 

Coup de coeur - Passionnant- Très bon - Agréable - Sans plus - Laborieux - Vraiment horrible

Quel est le dernier roman dont vous avez apprécié la plume de l'auteur ?

jeudi 15 mars 2018

Nil tome 1



Nil tome 1

de Lynne Matson / PKJ / 456 pages

Quatrième de couverture :

Charley se réveille sur une île somptueuse qui n’est sur aucune carte. Seule, perdue, elle survit tant bien que mal jusqu’à ce qu’elle rencontre Thad, le leader d’un clan regroupant les seuls humains présents sur l’île de Nil. Charley va vite comprendre que quitter cet enfer paradisiaque sera plus difficile qu’elle ne le pensait : la seule issue, ce sont les rares portes qui apparaissent au hasard sur l’île… Il n’y en a qu’une par jour, et une seule personne peut l’emprunter. Pire encore : on n’a qu’un an pour s’échapper. Sinon, on meurt. Le compte à rebours a déjà commencé…


Ce que j'en ai pensé :

Depuis sa sortie, Nil était un livre qui me tentait. J'attendais avec impatience cet été pour le découvrir car je trouvais la saison parfaitement appropriée à cette lecture.

L'intrigue de Nil est globalement assez simple. Des ados se retrouvent téléportés sur une île du nom de Nil. Ils ont un an pour en repartir à travers des portails qui apparaissent aléatoirement.
L'histoire est alternée selon le point de vue de Thad et de Charley, deux ados piégés sur l'île. J'ai bien aimé cette alternance.

J'ai trouvé les personnages sympas mais il n'y en a pas qui se démarque réellement selon moi. J'aurais aimé plus de profondeur. Ici, les personnages m'ont paru trop beaux, trop lisses.

Côté intrigue, c'est la même remarque qui resort. Étant sur une île déserte,  j'aurais aimé plus de difficultés - même s' il y en a quand même déjà - ou du moins que cette difficulté transparaisse plus dans l'écriture.

Pour conclure,  c'est une lecture d'été que j'ai apprécié. Elle est sur la même veine que Le labyrinthe. Pas de coup de coeur pour cette mise en bouche où beaucoup de choses ne sont pas dévoilées. J'attends de tomes suivants plus d'approfondissements, tant au niveau de l'intrigue qu'au niveau des personnages.

Coup de coeur - Passionnant- Très bon - Agréable - Sans plus - Laborieux - Vraiment horrible

Avez-vous préféré Nil ou le Labyrinthe de James Dashner ?

dimanche 11 mars 2018

Les Insoumis tome 2 : Le chemin de la vérité


Les Insoumis tome 2 : le chemin de la vérité

d'Alexandra Bracken
La Martinière J.
16.50€
508p

***

Quatrième de couverture :

Dans un futur proche, les adolescents ont été décimés par un virus inconnu, le NIAA. La plupart des survivants, dotés de pouvoirs psychiques incontrôlables, ont été parqués dans des camps. D'autres, regroupés dans la Ligue des enfants, luttent pour leur liberté.

Au sein de la Ligue, Ruby, capable de contrôler les esprits, se bat pour la fermeture des camps. Sa mission ? retrouver une clé USB contenant des informations ultra-secrètes impliquant le gouvernement dans la propagation du virus.

Mais son pire ennemi est en elle, car ses pouvoirs grandissants pourraient bien prendre le pas sur sa raison. Et sur son humanité.

***

Ce que j'en ai pensé :

Je vous invite à découvrir tout d'abord ma chronique du tome 1 : ici

Ce tome m'a moins convaincu que le précédent. La fin du tome 1 laissait présager un tome 2 au top mais je n'ai pas eu cette impression. 

"J'avais appris, ces dernières semaines, qu'on s'attache inévitablement aux gens quand on les connaît bien. On ne se différencie plus nettement d'eux et la séparation est très douloureuse lorsqu'il faut les quitter."

Il y a des révélations et des découvertes notamment sur la Ligue des Enfants mais pas assez à mon goût. J'avais envie de tout savoir. Je dois admettre que l'auteur nous permet tout de même d'en apprendre pas mal. En effet, dans ce tome le lecteur se retrouve plongé au cœur même de la Ligue : on y fait la connaissance de quelques membres, la découverte des locaux, des missions, le rôle des super-enfants (entendez par là ceux qui ont des pouvoirs : les verts, oranges, jaunes...). Il y a de l'action mais rien de Wahou ! Certains passages m'ont paru un peu longs. Peut-être à cause de la longueur des chapitres ?

"On ne peut pas raisonner avec des gens aveuglés par la fureur."

Ruby est à nouveau le personnage principal dans ce tome mais elle apparait changée : son entrainement au sein de la Ligue des enfants l'a rendu plus forte et lui a permis de mieux maitriser ses pouvoirs. Ce que j'ai bien aimé c'est la présence de nouveaux personnages : Jude et Vida. Tous deux sont membres de la Ligue. On fait enfin la connaissance de Cole, le grand frère de Liam. On retrouve également des personnages du premier tome mais je ne vous dirai pas lesquels afin de préserver le suspense. J'attendais avec impatience le retour d'un des membres de la bande mais il n'apparait pas du tout au cour du roman. Je pense que le tome 3 sera l'occasion de le faire réapparaitre mais cela reste une petite déception.

"Quand on se retrouve sans rien - sans argent, sans emploi, sans logement -, il ne reste que l'espoir et même ça, c'est une denrée rare"

Je lirai certainement le tome 3, histoire de finir la trilogie.

Coup de coeur - Passionnant- Très bon - Agréable - Sans plus - Laborieux - Vraiment horrible

dimanche 4 mars 2018

Le choix d'Edith

Le choix d'Edith

de Edith Eger
LC Lattès
380 pages

Quatrième de couverture :
À 16 ans, Edith Eger est déportée à Auschwitz avec sa famille. Repérée par Joseph Mengele, elle est choisie pour rejoindre la troupe de danseuse du camp. Elle survivra et réussira avec le temps à transformer le choc de l’horreur en formidable énergie de vie au service des traumatisés de l’existence : soldats en plein chaos, femmes battues ou violées, enfants en profonde souffrance.
La vie du Dr Eger est une succession de choix pour s’échapper de son passé. Elle s’installe aux États-Unis en 1947, suit des études de psychologie pour comprendre le moteur de sa survie et celui des monstres qu’elle a fréquentés, choisit de donner la vie alors que les médecins le lui interdisent, s’occupe de grands blessés de la vie pour leur insuffler l’extraordinaire énergie et volonté qu’elle s’est forgée.
Comment aider ses patients à faire le choix de la vie, de la reconstruction, c’est tout l’enjeu de la mission que le Dr Eger s’est donnée et qu’elle restitue dans cet ouvrage à partir de nombreux témoignages profondément émouvants de patients qu’elle a soignés et pour certains sauvés.

Ce que j'en ai pensé :

Merci à Netgalley pour m'avoir permis de découvrir ce roman.

Lorsque j'ai lu la quatrième de couverture je me suis tout de suite dit qu'il fallait que je le lise : un témoignage d'une survivante d'Auschwitz écrit par cette même survivante, je ne pouvais pas manquer ça !

Le récit suit donc la vie Edith Eger un peu avant son arrestation jusqu'à l'âge adulte, bien après sa sortie du camp. J'ai beaucoup aimé découvrir son histoire, ses mots, son incroyable force. Finalement,  peut-être paradoxalement pour certain, j'ai trouvé la partie concernant son enfermement dans le camps d'Auschwitz assez concise et j'ai trouvé que l'auteure nous parlait plus de sa vie hors du camp (et c'est finalement assez logique car elle a passé plus de temps en dehors qu'en dedans !).

J'ai trouvé qu'elle réussissait bien à nous faire ressentir l'omniprésence de cette traumatique expérience sans pour autant faire porter un poids trop lourd au lecteur et sans pour autant - surtout pas non ! - se mettre en position de victime. On découvre son parcours vers la liberté, son travail sur soi même si elle ne peut pas oublier ce qu'elle a vécu et faire table rase du passé, sa vie continue.

J'ai été impressionnée par Edith. J'allait écrire ce personnage mais ce n'est pas qu'un personnage, c'est une personne bien réelle ! Et j'ai été tout au long de son histoire impressionnée par son tempérament, sa force tranquille, sa capacité de résilience. J'ai été impressionnée par le fait qu'elle arrive à transformer une expérience si sombre en quelque chose de beau et de positif : aider des autres. Car Edith Eger ne s'est pas contentée de se préoccuper d'elle même après ces évènements, elle a décidé de poursuivre un cursus de psychologie et de soigner d'autres personnes qui en avaient besoin (et, se soigner elle même par la même occasion). Les histoires de ces patients parsèment d'ailleurs ce roman. 

Un récit que je ne peux que vous conseiller si vous êtes intéressé par ce thème de l'histoire. Une plume claire, lucide, poétique qui se fait un chemin sur les traces de Primo Levi. 

Coup de coeur - Passionnant- Très bon - Agréable - Sans plus - Laborieux - Vraiment horrible

Des témoignages à me conseiller ?

jeudi 22 février 2018

La 5e vague : tome 3 : la dernière étoile

La dernière étoile

de Rick Yancey / PKJ / 418 pages

Quatrième de couverture :

1re vague : Extinction des feux.
2e vague : Déferlante.
3e vague : Pandémie.
4e vague : Silence. 
À l'aube de la 5e vague...

Ils sont parmi nous. Ils sont dans leur vaisseau. Ils sont nulle part. Ils veulent la Terre. Ils veulent qu'elle nous revienne. Ils sont venus nous exterminer. Ils sont venus nous sauver...
Cassie a été trahie. Ringer aussi. Et Zombie. Et Nugget. Et les 7,5 milliards d'humains qui peuplaient notre planète. Trahis d'abord par les Autres, et maintenant par eux-mêmes.
En ces derniers jours, les rares survivants sur Terre se retrouvent confrontés au dilemme ultime : sauver leur peau... ou sauver ce qui les rend humains.

Ce que j'en ai pensé :

Points positifs :
une écriture poétique : j'ai trouvé que l'auteur avait bien su manier les mots
 une histoire addictive "allez encore un chapitre"
 des personnages que j'apprécie toujours autant cf Ringer (je sais que certains ne l'aiment pas du tout) et Ben
 l'alternance des points de vue

Points négatifs :
pas de points de vue d'Evan
 un épilogue aurait été bienvenue

Pour conclure : Une trilogie qui se termine sur les chapeaux de roues. J'ai été conquise par le style de l'auteur et ces mots ont réussi à me captiver. Une histoire que je n'ai pas pu lâcher ! Bref, un tome à lire si vous avez lu les autres tomes. Je regrette simplement qu'on n'ait pas eu un apperçu de l'"après" avec un épilogue. 

Coup de coeur - Passionnant- Très bon - Agréable - Sans plus - Laborieux - Vraiment horrible

Quel est votre tome préféré de cette saga ?

vendredi 9 février 2018

Ma raison d'espérer

Ma raison d'espérer

de Rebecca Donovan / PKJ / 599 pages

Quatrième de couverture :

« Tu es le sens de ma vie, la raison de chacun de mes actes. Et je ne changerai ça pour rien au monde. »
Emma commence doucement à réapprendre à vivre aux côtés d'Evan et de Sara. Hantée par des cauchemars terribles, elle décide de donner une seconde chance à sa mère, qui l'a abandonnée, espérant trouver un sens à sa souffrance. Mais elle doit aussi affronter le regard des autres : ceux qui s'en veulent de ne pas l'avoir soutenue, ceux qui la jugent mais aussi ceux qui, surgissant de son passé, ont encore bien des révélations à faire sur sa vie d'avant…



Ce que j'en ai pensé :

Les points positifs :
l'auteure a réussi à trouver de quoi remplir ce deuxième tome
 j'étais toujours impatiente de retrouver la relation Emma / Evan

Les points négatifs :
Rachelle m'a vraiment beaucoup agacée !
 je voulais une autre fin ^^

Pour conclure : J'avais hâte de lire ce tome 2, ne sachant pas du tout à quoi m'attendre. Si le tome 1 était centré sur la violence physique, l'auteur ne recommence pas dans ce tome (heureusement !) pour se consacrer plutôt à la souffrance psychologique. De nouveaux personnages font leur apparition ou bien prennent plus d'importance dans ce tome. C'est le cas de la mère d'Emma qui m'a énervé tout le long du roman. L'auteure a bien réussi à redonner une nouvelle vie à l'histoire avec ce second tome : je m'étais demandé à la fin du tome 1 ce qu'elle avait l'intention de faire. On en découvre un peu plus sur Emma. Le roman a été alterné par des oui !, oh non, oh super!, pour finir par un oh non mais c'est pas vrai. Il va donc falloir obligatoirement que je lise le tome 3 !

Coup de coeur - Passionnant- Très bon - Agréable - Sans plus - Laborieux - Vraiment horrible

Quel autre roman sur la souffrance psychologique pouvez-vous me conseiller ?

jeudi 25 janvier 2018

L'héritage des Syrénas, tome 1 : Poseidon

L'héritage des Syrénas, tome 1 : Poseidon

de Anna Banks / AdA / 387 pages

Quatrième de couverture :

Et c’est là que je le sens. Un grondement arythmique sature l’eau autour de moi. Une pulsation. Il y a quelqu’un. Un individu que je ne reconnais pas. Lentement, je recule sur la pointe des pieds, en essayant de ne pas faire d’éclaboussures. Après quelques secondes, je me rends compte qu’essayer d’être silencieuse n’a pas de sens. Si je peux sentir la personne, l’inverse est aussi vrai. La pulsation devient plus forte. On vient dans ma direction. Et vite.
Galen, le prince des Syrénas, est en mission. Il doit retrouver une fille qui, paraît-il, a le pouvoir de communiquer avec les poissons.
Emma est en vacances à la plage. Quand elle tombe — littéralement, aïe ! — sur Galen, les deux adolescents ressentent immédiatement un lien particulier. Mais il faudra plusieurs rencontres fortuites, dont une confrontation mortelle avec un requin, pour que Galen soit persuadé du pouvoir d’Emma. Si seulement il pouvait la convaincre qu’elle détient la clé de son royaume…
Narré tour à tour du point de vue d’Emma et de Galen, Le pouvoir de Poséidon raconte avec humour, mystère et une bonne vague de romantisme la pétillante histoire de deux poissons hors de l’eau.

Ce que j'en ai pensé :

Petite, j'étais très intéressée par l'univers des sirènes. Je me souviens d'ailleurs d'une série TV que je regardais : H2O. On a pu croiser beaucoup de vampires par un moment dans les romans mais les sirènes ont été un peu oubliées. Quand j'ai découvert ce roman, j'ai eu très envie de me replonger dans cette univers que j'aimais lorsque j'étais plus petite.

J'ai trouvé que le contenu était un peu trop "cliché". Par cela j'entends une romance qu'on avait vu venir avant de commencer à lire, des réactions pas très originales ou bien assez peu réalistes (Je trouve que la meilleure amie d'Emma est oubliée assez rapidement), des personnages pas assez creusés.
Le tableau que je dépends là semble assez sombre, plus sombre que je ne le voudrais en réalité car la lecture n'a pas été désagréable !

L'univers des sirènes est central dans l'histoire. On en apprend un peu dans ce tome mais j'espère que celui-ci sera plus développé dans le prochain tome.

Une lecture sympathique mais pas transcendante. J'attends de voir ce que nous réserve la suite !

Coup de coeur - Passionnant- Très bon - Agréable - Sans plus - Laborieux - Vraiment horrible

Est-ce-que vous aimez les sirènes ?

mercredi 17 janvier 2018

Fahrenheit 451

Fahrenheit 451

de Ray Bradbury / Editions Belin / 191 pages

Quatrième de couverture :

451 degrés Fahrenheit représentent la température à laquelle un livre s'enflamme et se consume.
Dans cette société future où la lecture, source de questionnement et de réflexion, est considérée comme un acte antisocial, un corps spécial de pompiers est chargé de brûler tous les livres dont la détention est interdite pour le bien collectif. Montag, le pompier pyromane, se met pourtant à rêver d'un monde différent, qui ne bannirait pas la littérature et l'imaginaire au profit d'un bonheur immédiatement consommable.
Il devient dès lors un dangereux criminel, impitoyablement pourchassé par une société qui désavoue son passé.

Ce que j'en ai pensé :

Parmi tous les classiques du monde, c'était Fahrenheit 451 qui se trouvait en position number one dans ma WL. Ça faisait longtemps que je n'avais plus lu de classique et j'ai profité du temps dont je disposais pour refaire un tour à la bibliothèque, histoire de l'emprunter. Comme à chaque fois, je ne peux pas chroniquer un classique tout à fait sur les mêmes critères qu'un roman plus moderne. Ce n'est pas le même style de lecture. J'ai aimé l'idée de base de ce roman : et si les romans étaient interdits ? La réflexion engagée est interessante. J'ai vraiment apprécié suivre l'évolution du personnage principal : Montag, un pompier chargé de brûler les livres, désormais interdits. Le seul bémol pour moi est la découpe en parties. Le fait de découper le roman ainsi, en gros blocs (même si je comprends que c'est une découpe par thème et évolution du personnage principal) peut rebuter. La lecture parait ainsi plus longue et plus laborieuse que s'il y avait eu des chapitres plus courts. Fahrenheit 451 reste pour moi une lecture intéressante. C'est un classique que je peux vous recommander !

Coup de coeur - Passionnant- Très bon - Agréable - Sans plus - Laborieux - Vraiment horrible

Des classiques à me conseiller ?

samedi 13 janvier 2018

La face cachée de Luna / Cette fille c'était mon frère

La face cachée de Luna

de Julie Anne Peters / Editions Milan / 368 pages

Quatrième de couverture :
« En me retournant, j'ai marmonné :
- T'es vraiment pas normale.
Ses cheveux ont balayé mon oreiller.
- Je sais, a-t-elle murmuré à mon oreille.
Mais toi, Regan, tu m'aimes, pas vrai ?
Ses lèvres ont effleuré ma joue. Je l'ai repoussée d'une tape. Quand je l'ai entendue s'éloigner d'un pas lourd vers mon bureau - où son coffret à maquillage s'étalait dans toute sa splendeur -, un soupir de résignation s'est échappé de mes lèvres. Ouais, je l'aimais. Je ne pouvais pas m'en empêcher.
Cette fille, c'était mon frère. »
Liam, le frère de Regan, ne supporte pas ce qu'il est. Ce qu'il est en apparence. Car tout comme la lune, sa véritable nature ne se révèle que la nuit, en cachette. Depuis des années, Liam " emprunte " les habits et le maquillage de Regan. Dans le secret de leurs chambres, Liam devient Luna. Le garçon devient fille. Un secret inavouable, chaque jour plus invivable. Pour la sœur, pour le frère, et pour Luna elle-même...

Ce que j'en ai pensé :

Points positifs :
 un sujet peu abordé : les transgenres
 les sentiments de la soeur sont bien transcris et je suis contente d'avoir le point de vue d'un membre de la famille.

Points négatifs :
j'aurais bien aimé avoir une alternance de chapitre avec la vision de Luna

En conclusion : J'avais envie de découvrir ce roman parce que le thème change de ce que l'on a l'habitude de lire. J'ai apprécié ce roman même si je ne l'ai pas non plus trouvé incroyable.

Coup de coeur - Passionnant- Très bon - Agréable - Sans plus - Laborieux - Vraiment horrible

Avez-vous découvert ce roman ?

lundi 8 janvier 2018

Bilan Novembre & Décembre 2017

Je n'ai pas eu le temps de faire le bilan de Novembre en Décembre, du coup je profite de mon dernier jour de vacances pour vous faire le bilan des deux mois qui viennent de s'écouler.


Le bilan de novembre est vraiment très pauvre :/ Je ne pensais pas lire seulement un seul livre, de 79 pages seulement qui plus est. Ma routine n'a pas été grandement bouleversée entre les cours en amphi, mon job, mes EDs, un peu de sport. Avec tout ça à faire je m'apperçois que je prends moins le temps de lire : et pourtant ce n'est pas l'envie qui manque ! En tout cas, c'est sûr que si je comptais le nombre de page de cours ou de livre de médecine que je lisais, le bilan serait déjà plus fourni ! Je pense aussi que cela est dû au fait que je suis plus dispersée dans mes lectures désormais car j'alterne entre un livre papier et un livre sur ma liseuse alors qu'auparavant c'était soit l'un soit l'autre.




Passons maintenant au bilan du mois de décembre qui est tout de même un peu plus remplie mais ce n'est pas encore trop ça ... Au total : 3 romans soit 1221 pages. Fait notable : les vacances de Noël. Noël étant arrivé au tout début de semaine je n'ai pas eu le temps de l'attendre réellement. J'étais tout de même très contente de partager des moments en famille. Malheureusement, côté travail perso, je n'ai pas vraiment pu me reposer comme j'aurais voulu car mes exams n'ont pas eu lieu avant les vacances cette année. Je pensais lire pas mal et au final non :( Pour conclure l'année 2017 sur une touche positive (quand même !), j'ai passé une chouette soirée du nouvel an avec des amies.

   

Je vous souhaite un joli mois de janvier pour commencer 2018 en beauté !

vendredi 5 janvier 2018

La maison bleu horizon

La maison bleu horizon 

de Jean-Marc Dhainaut
Editions Taurnada
260 pages

Quatrième de couverture :

Janvier 1985. Tout commence par un message laissé sur le répondeur d’Alan Lambin, enquêteur spécialiste en phénomènes de hantises. Une maison, dans un village de la Somme, semble hantée par un esprit qui effraie la famille qui y vit. En quittant sa chère Bretagne, Alan ignore encore l’enquête bouleversante qui l’attend et les cauchemars qui vont le projeter au cœur des tranchées de 1915. Bloqué par une tempête de neige, sous le regard perçant d’un étrange corbeau, Alan réussira-t-il à libérer cette maison de ce qui la tourmente ?


Ce que j'en ai pensé :

Ah, ça fait bizarre de recommencer à écrire des chroniques (les précédentes avaient été programmées pendant les vacances d'été). J'espère que je ne suis pas trop rouillée pour cette première chronique de 2018 !

Les éditions Taurnada, que je remercie au passage, m'ont proposé un partenariat pour ce roman. Ayant lu de précédents avis plutôt positifs à son égard, j'ai donc accepté de le lire. J'étais curieuse de savoir ce que cela allait donner et j'avais hâte de me faire mon propre avis car j'avoue que l'ambiance qui semblait envelopper ce roman m'avait l'air pas mal additive et intrigante.

Je voulais attendre le moment propice pour lire ce roman (et au final je n'ai pas vraiment eu besoin d'attendre car ce début d'année scolaire est passée à une vitesse fulgurante !) : une période un peu mystérieuse par un temps d'automne pour me mettre dans l'ambiance.

J'ai donc découvert l'histoire et j'ai été plutôt intriguée par ce que l'auteur voulait nous proposer. Le style d'écriture n'a pas quelque chose de transcendant, je pense que ce serait le genre de style d'écriture que j'aurais si j'écrivais de romans, mais il fait le job. Son but : nous plonger dans une histoire à l'aspect paranormal. C'est d'ailleurs cet aspect paranormal qui m'attirait particulièrement avant le commencer ! Celui-ci est bien présent puisque le protagoniste principal est une sorte de "chasseurs de fantôme" ou plutôt de découvreur de faits paranormaux car il ne chasse pas grand chose ^^ J'ai ressenti à travers ses chapitres que Jean- Marc Dhainaud a voulu apporter un certain contenu, une réflexion à propos des esprits. Il ne s'est pas simplement contenté de dire "bon, je vais mettre un fantôme au chapitre X, ça va faire joli et vendeur". De plus, l'ajout d'une petite aspect tournant autour de la Première guerre mondiale rajoute quelque chose de différent à ce roman par rapport aux autres histoires paranormales. Je pensais cependant en apprendre pas mal sur les techniques et méthodes pour découvrir des esprits ou ce genre de choses et j'avoue que ces attendes n'ont pas été satisfaites. Je ne suis pas ressortie remplie de nouvelles connaissances sur le paranormal (que je ne connais quasiment pas) et j'en ressors un peu déçu (mais en même temps, l'auteur n'avait jamais vendu ce côté et ce sont mes propres attentes qui ont fait cela !). Le côté paranormal nous fait légèrement frissonner mais ne vous fera pas trembler de peur. Pourtant je suis assez peureuse à ce niveau !
Le final de l'histoire, qui me semble être un point crucial dans ce type de roman, est pas mal et reste dans la lignée. J'ai été plutôt surprise et je trouve que c'est un bon point !

Coup de coeur - Passionnant- Très bon - Agréable - Sans plus - Laborieux - Vraiment horrible

Avez-vous déjà lu ce roman ?
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...